CLASS40 https://www.class40.com fr-FR <![CDATA[Record battu ! V and B améliore le record de distance parcourue en 24 heures en Class40 !]]> https://www.class40.com/?titre=record-battu--v-and-b-ameliore-le-record-de-distance-parcourue-en-24-heures-en-class40-&mode=actualites&id=7519 Fri, 10 Nov 2017 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=record-battu--v-and-b-ameliore-le-record-de-distance-parcourue-en-24-heures-en-class40-&mode=actualites&id=7519 Après avoir dû réparer une des cloisons étanches à l’avant du bateau qui s’était fissurée sur  1 mètre en début de semaine, le duo du Class40 V and B a décidé de se battre pour remonter jusqu’aux avant-postes de la course. Et l’on peut dire que c’est chose faite puisque non seulement les voilà en deuxième position, à 26nm du leader Imerys (Phil Sharp et Pablo Santurde), mais ils viennent aussi de battre le record de distance parcourue en 24 heures sur un Class40. V and B a en effet parcouru 377,7 milles nautiques entre le jeudi 9 novembre 8h30 (heure française) et ce vendredi 10 (8h30) à la vitesse moyenne de 15,7 nœuds. Ce record était jusque-là détenu par l’équipage espagnol de Tales 2, skippé par Gonzalo Botin (et Pablo Santurde !). Ils avaient effectué 373,3 milles à 15,56 nœuds de moyenne le 16 juillet 2016 lors de la transat Québec-Saint-Malo. Le Mach40.3 de 2015 prouve, avec ce nouveau record, que les Class40 de dernières générations sont désormais proches des performances des IMOCA d’anciennes générations (2007) !e[Lire la suite]]]> <![CDATA[Campagne de France, vainqueur du championnat du RORC 2017 !]]> https://www.class40.com/?titre=campagne-de-france-vainqueur-du-championnat-du-rorc-2017-&mode=actualites&id=7506 Fri, 27 Oct 2017 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=campagne-de-france-vainqueur-du-championnat-du-rorc-2017-&mode=actualites&id=7506 Vainqueur de la Transatlantic Race, première des 10 épreuves de ce championnat, et de la Morgan Cup, deuxième de la Caribbean 600 et troisième du Myth of Malham ainsi que de la célèbre Rolex Fastnet Race, le Drakkar 40 vert et bleu du président de la Class40 se voit récompenser de son assiduité sur le circuit et de ses nombreuses navigations depuis la mise à l’eau du bateau en 2016. A leurs côtés sur le podium, deux Class40 anglais. Phorty, skippé par Peter Harding, termine en deuxième position. Le Class40 Vintage Arwen d’Austen Clark complète ce podium 2017. 26 bateaux sont classés cette année sur ce championnat. « Je suis naturellement ravie de ce titre » souligne Miranda, sociétaire du RORC. « Les courses du RORC sont formidablement organisées, tant à terre que sur mer, et toujours pour un coût très abordable. C’est toujours un grand plaisir d’y participer. Ces épreuves attirent énormément de coureurs, y compris dans notre class de monocoques de 40 pieds. Les français ne s’y trompent pas, qui viennent de plus en plus nombreux sur ces épreuves en Manche ou en Atlantique. Nous avons énormément navigué cette année, avec plus de 20 000 milles au compteur, dont la majeure partie en compétition. Nous sommes fiers d’offrir ce succès à notre partenaire Campagne de France. » Plus d’informations http://www.rorc.org/[Lire la suite]]]> <![CDATA[Phil Sharp ( Imerys), vainqueur de l’European Trophy 2017 !]]> https://www.class40.com/?titre=phil-sharp--imerys-vainqueur-de-leuropean-trophy-2017-&mode=actualites&id=7473 Fri, 08 Sep 2017 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=phil-sharp--imerys-vainqueur-de-leuropean-trophy-2017-&mode=actualites&id=7473 Vainqueur du Grand Prix de Douarnenez, vainqueur de la Normandy Channel Race, deuxième de chacune des deux étapes des Sables-Horta et encore deuxième de la Rolex Fastnet Race… une domination sans appel avec plus de 100 points d’avance sur son dauphin, Campagne de France, skippé par Halvard Mabire et Miranda Merron. Jean Galfione, sur Serenis Consulting, termine troisième de ce trophée. A souligner également la jolie performance de l’équipage finlandais de Fuji qui termine 6ème et l’emporte chez les Vintage (bateaux d’anciennes générations). Ce trophée met une nouvelle fois en évidence le caractère international de la Class40 puisque, s’il est remporté par un Britannique, l’Allemand Burkhard Keese est 4ème, le duo Italien de Colombre XL termine à la 6ème place, Oman sail est 7ème et le Japonais Hiroshi Kitada s’adjuge la 8ème place ! Phil Sharp, vainqueur du trophée 2017 «C’est vraiment satisfaisant pour toute l’équipe, y compris nos partenaires, d’être récompensés par  l’European Trophy. Cela démontre que nous n’avons pas seulement  fait de bons résultats mais que nous avons fait preuve d’une belle régularité, grâce à l’implication et l’enthousiasme de chacun. C’est de bon augure et stimulant pour l’événement majeur de la saison, la Transat Jacques Vabre, bien que je sache que le niveau sera élevé et la compétition intense sur cette transat-marathon. Nous avons encore du travail pour optimiser le bateau et le fiabiliser afin d’aller décrocher la meilleure place possible. » Halvard Mabire, président de la Class40 « L'European Trophy met bien en évidence le dynamisme et les diverses possibilités de programme qu'offre la Class40. En effet, bien qu'à vocation essentiellement transocéanique, les Class40 sont aussi des bateaux très attractifs pour tout type de courses hauturières ou semi hauturières et donc capables de séduire bon nombres de skippers et équipages, qui ne peuvent pas forcément intégrer des transats dans leur programme de courses, pour des questions d'emploi du temps, de budget, ou tout simplement par goût. Au fil des ans, nous constatons une présence de plus en plus forte des Class40 dans des événements exclusivement Class40 de relativement courte durée et dans les eaux européennes, (NCR, GP Guyader, Les Sables Horta...), et aussi dans des courses hauturières multi classes, comme celles du RORC. Le niveau en Class40 ne cessant de grimper dans ces épreuves, il apparaissait donc comme une évidence qu'un Trophée sur l'ensemble de la saison récompense à la fois la performance et l'assiduité dans ces épreuves européennes. Félicitations au team Imerys pour sa victoire sur la première édition de ce trophée ! » Le classement complet du trophée https://www.class40.com/modules/kameleon/upload/europeancoastaltrophy2017.pdf Plus d’informations https://www.class40.com/modules/kameleon/upload/reglementtropheeclass402017europe.pdf *Grand Prix Guyader : Phil Sharp (GBR), Pablo Santurde del Arco (ESP), Robin Marais, Arthur Le Vaillant, Corentin Douguet (FRA) Normandy Channel Race : Phil Sharp (GBR), Pablo Santurde del Arco (ESP) Les Sables-Horta : Phil Sharp (GBR), Corentin Douguet, Adrien Hardy (FRA) Rolex Fastnet Race : Phil Sharp (GBR), Pablo Santurde del Arco (ESP), Pietro Luciani (ITA), Robin Marais (FRA)[Lire la suite]]]> <![CDATA[Imerys (Phil Sharp), en tête du championnat 2017 Class40 à mi-saison !]]> https://www.class40.com/?titre=imerys-phil-sharp-en-tete-du-championnat-2017-class40-a-mi-saison-&mode=actualites&id=7083 Fri, 04 Aug 2017 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=imerys-phil-sharp-en-tete-du-championnat-2017-class40-a-mi-saison-&mode=actualites&id=7083 La devise de la Class40 Friendly Class-Fierce racing a été très à propos en ce début d’année : un niveau sportif de plus en plus élevé, de l’enjeu entre chaque génération de bateaux et particulièrement chez les Vintage, de nouveaux Class40 mis à l’eau… le tout dans une ambiance amicale, pour le plus grand plaisir des nouveaux venus dans la série.   A retenir : -          Participation très internationale confirmée -          6 coefficients sur 11 ont déjà été attribués -          Une avant-saison réussie -          La classe la plus représentée sur la Rolex Fastnet Race et la Transat Jacques Vabre -          Un tour du monde en 2019 ?   Le point sur la saison Class40 à mi-championnat   Premier événement de la saison 2017, le Grand Prix Guyader. Peu ensoleillé mais très venté, il offrait aux 9 bateaux engagés une rentrée des classes sportive. Remporté par Imerys (Phil Sharp, Corentin Douguet, Arthur Le Vaillant, Robin Marais et Pablo Santurde) sur la dernière course devant Serenis Consulting (Jean Galfione) et V and B (Maxime Sorel), cette première épreuve annonçait une saison forte intéressante.                   Mi-mai, 24 duos se retrouvaient à Caen pour la devenue classique Normandy Channel Race. 1000 milles  de course à batailler entre les courants du Solent, la mer d’Irlande, un long bord de près chaotique de Tuskar Rock au Fastnet, puis un long bord de reaching pour revenir à Caen en passant par les îles Anglo-Normandes, faisant oublier les difficultés de ce parcours. C’est une nouvelle fois Imerys, mené par le tandem britanico-espagnol Phil Sharp-Pablo Santurde qui l’emporte, suivi des mêmes dauphins qu’à Douarnenez quelques semaines plus tôt. Du côté de la catégorie Vintage, la victoire revenait à Christophe Souchaud et François Lassort (Montres Herbelin).                   Les Sables-Horta, dont le départ de la première étape était donné début juillet, rassemblait, elle, 19 Class40, dont 6 Vintage et 8 nationalités. Il faut noter la belle bagarre entre le tandem espagnol de Tales II-Pablo Saturde/Gonzalo Botin-vainqueur  de la première étape et du général et  la performance d’Imerys - Phil Sharp/Corentin Douguet/Adrien Hardy - deuxième des deux étapes et du classement général, à seulement 13 minutes  du vainqueur  après 2500 milles de course. Aïna Enfance et Avenir - Aymeric Chappellier /Arthur Le Vaillant, mis à l’eau seulement 2 semaines avant le départ, pointe son étrave dans ce combat entre les deux leaders des saisons 2016 et 2017 : il remporte la deuxième étape et monte sur la troisième marche du podium au général. C’est Transport Hénault Cabinet Z –Cedric Kervenoael/Robin Marais/Rémi Beauvais qui gagne la belle bagarre très animée chez les Vintage.     Et ce n’est pas fini…                   Le 6 août prochain sera donné le départ de la Rolex Fastnet Race, Cowes-Fastnet-Plymouth. Une petite trentaine de Class40 est attendue sur la ligne de départ, ce qui promet un bel événement, tant pour les participants sur l’eau que pour les accros de la carto ! En effet, les ténors de la série seront bien sûr présents pour remporter cette course mythique mais l’on retrouvera également d’autres grands noms de la course au large française : Alex Pella (vainqueur de la Route du Rhum 2014 et détenteur du Trophée Jules Verne sur Idec) embarque sur Oman Sail, Jean-Pierre Nicol (victoire overall du Fastnet 2015, trois fois vainqueur du Tour de France à la Voile, trois fois champion de France en équipage…) épaulera Maxime Cauwe sur Azeo, l’architecte Eric Levet naviguera sur Carac, les voiliers Rémi Aubrun et Eric Varin seront eux sur Campagne de France et Evernex…                   Dernier événement du calendrier officiel 2017, la Transat Jacques Vabre. Déjà 20 Class40 sont inscrits pour cette transatlantique en double entre Le Havre et Salvador de Bahia, représentant cette fois 10 nationalités ! (France, Angleterre, Italie, Espagne, Japon, Oman, Suisse, Brésil, Angola, Allemagne).  A n’en pas douter, la saison se terminera en beauté avec un tel plateau.   Une envie de Tour du monde                   Certains pourraient penser qu’un tour du monde en Class40 ne serait qu’un tour du monde trop long et une circumnavigation de plus. Mais quid de pouvoir réaliser son rêve sur des bateaux sécurisant et proposer à ses partenaires un projet gagnant à un prix raisonnable ? L’envie d’un tour du monde en Class40 est un sujet de plus en plus récurrent sur les pontons et pas uniquement en France : pas moins de 5 étrangers (1 Anglais, 1 Chinois, 1 Italiens et 2 Américains) se sont élancés ces dernières années pour réaliser leur rêve. 2019 étant le bon créneau, la classe travaille d’ores et déjà sur l’organisation de cet événement.   Le Championnat 2017 :   -          Grand Prix Guyader (équipage) coefficient 1   -          Normandy Channel Race (double) coefficient 2   -          Les Sables-Horta (double) coefficient 3   -          Rolex Fastnet race (équipage) coefficient 1   -          Transat Jacques Vabre (double) coefficient 4   Le classement du championnat 2017 :   https://www.class40.com/modules/kameleon/upload/championnatclass402017aplsh.pdf   L’intégralité des résultats 2017 :   https://www.class40.com/fr/resultats/  [Lire la suite]]]> <![CDATA[2017, une saison riche en évènements !]]> https://www.class40.com/?titre=2017-une-saison-riche-en-evenements-&mode=actualites&id=6817 Wed, 22 Feb 2017 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=2017-une-saison-riche-en-evenements-&mode=actualites&id=6817 Un championnat et 2 trophées                 Deux nouveaux trophées seront présentés en 2017, en plus du traditionnel championnat annuel qui mixe courses inshore et transatlantiques (au programme cette année : GP Guyader, Normandy Channel Race, Les Sables-Horta, Rolex Fastnet Race, Transat Jacques Vabre). L’objectif est de renforcer l’attrait pour le programme de courses des skippers ou équipages n’ayant pas la disponibilité nécessaire pour participer aux parcours transocéaniques, leur absence sur les transats étant très pénalisante pour leur classement au championnat. Un premier trophée sera remis sur le bassin européen, un second en Amérique. Le premier comprend six courses, le second huit. Seules les quatre courses attribuant le plus grand nombre de points seront retenues car en 2017, le système d’attribution de points  au sein de la classe évolue !  Dorénavant, le nombre de participants à chaque course est pris en compte pour l’attribution des points ; pour cela, le tableau de Cox-Sprague sera utilisé. Ainsi, par exemple, pour le championnat, une course coefficient 4 avec 8 bateaux ne vaudra pas forcément plus qu’une course coefficient 2 avec 30 bateaux.   Une forte participation attendue La saison Class40 s’annonce riche en participation. A ce jour, déjà 20 bateaux sont inscrits à la Normandy Channel  Race représentant 6 nationalités. A n’en pas douter, l’édition 2017 s’annonce intense !                 Autre moment fort de la saison, la traditionnelle course du Fastnet : 35 Class40 sont d’ores et déjà inscrits ; un véritable succès pour cette course bisannuelle !                 Les Sables-Horta, reprise par l’association Les Sables Vendée Course au Large, laisse également présager d’une bonne participation en préambule à la Transat Jacques Vabre qui vient d’annoncer sa destination. Espérons que le record de 2013 de 26 participants sera battu. Rendez-vous le 5 novembre !   5 nouveaux bateaux en construction en 2017 Symbole fort d’une classe en bonne santé, la construction de nouveaux bateaux ; et de ce côté-là, la Class40 peut être fière ! En 12 ans, 148 bateaux ont été construits et ce ne sont pas moins de 5 nouveaux bateaux dont la  mise à l’eau est confirmée durant le premier semestre 2017. Le Chantier Cape Racing Yacht, basé au Cap (Afrique du Sud) construit actuellement deux exemplaires du nouveau modèle conçu par le cabinet Owen Clarke Design. Il s’agit de Cape 40 5G. Le premier, qui porte déjà le numéro 149, devrait être mis à l’eau d’ici la fin du mois. Son propriétaire, le norvégien Henrik Bergesen espère être au départ de la prochaine NCR. Le second Cape 40 appartient au propriétaire du chantier constructeur, Andrew Thomson. Ce bateau devrait participer aux saisons 2017 et 2018 en Europe. Le rochelais Aymeric Chappellier sera de retour en Class40 à bord d’un nouveau Class40, un Mach40 version 3 revisité, tout juste signé. Il devrait ainsi pouvoir s’aligner au départ des Sables-Horta et de la TJV. Un troisième Tizh40 est en construction chez BG Race. Il sera skippé par le futur Espoir malouin sur la prochaine Transat Jacques Vabre, aux côtés de Christophe Bachmann.                 Enfin, c’est Louis Duc qui, grâce à ses excellents résultats lors des deux dernières saisons et à la confiance de son partenaire Carac, aura le privilège d’être à la barre d’un nouveau Class40, un Lift 40 (plans du cabinet Lombard, une coque construite chez Gepeto Composite, un pont Halvard Mabire et des appendices fabriqués chez V1D2). Mise à l’eau prévue début juin pour le Class40 n°150 pour participer en juillet à Les Sables-Horta.  [Lire la suite]]]> <![CDATA[Championnat 2016 : le podium !]]> https://www.class40.com/?titre=championnat-2016--le-podium-&mode=actualites&id=6771 Wed, 14 Dec 2016 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=championnat-2016--le-podium-&mode=actualites&id=6771 Pour la deuxième année consécutive, Thibaut Vauchel-Camus mène le team Solidaires En Peloton-ARSEP à la victoire. L’équipe espagnole Tales II (Gonzalo Botín/Pablo Santurde del Arco) monte sur la deuxième marche du podium. Phil Sharp, sur Imerys, s’octroie la 3e place.   Rendez-vous en 2017 ![Lire la suite]]]> <![CDATA[Championnat 2016: un podium internationnal, le doublé pour Solidaires en Peloton ARSEP!]]> https://www.class40.com/?titre=championnat-2016-un-podium-internationnal-le-double-pour-solidaires-en-peloton-arsep&mode=actualites&id=6737 Mon, 03 Oct 2016 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=championnat-2016-un-podium-internationnal-le-double-pour-solidaires-en-peloton-arsep&mode=actualites&id=6737 Une saison très disputée   Le championnat 2016 était composé de 4 courses : The Transat bakerly (coefficient 4), The Atlantic Cup (coefficient 2), la Transat Québec Saint-Malo, (coefficient 4) et la Normandy Channel Race (coefficient 2).   Grâce à une victoire sur la plus difficile des transatlantiques en solitaire, The Transat bakerly, et une belle régularité sur le reste de la saison, le team Solidaires en Peloton ARSEP s’impose en grand vainqueur du championnat Class40 2016. Si Thibaut Vauchel-Camus est seul à bord de son bateau bleu pour la première course, Victorien Erussard, Fabien Delahaye et Martin Bazin le rejoignent sur la Transat Québec-Saint-Malo qu’ils terminent à la quatrième place, à seulement quelques secondes du podium. Thibaut forme ensuite un binôme avec Frédéric Duthil pour la Normandy Channel Race, course à laquelle il termine une nouvelle fois quatrième. L’équipe espagnole de Tales II, pénalisée au classement par son absence sur The Transat, aura quant à elle gagné toutes les courses auxquelles elle aura participées, peu importe l’équipage à bord ! Gonzalo Botin aura ainsi gagné The Atlantic Cup aux côtés de Pablo Santurde del Arco. Ils réitèrent l’exploit sur la Transat Québec Saint-Malo, aidés pour l’occasion d’Antonio Piris et Carlos Ruigomez. A Caen, pour la dernière de la saison, c’est une nouvelle fois le plan Botin qui franchit la ligne d’arrivée en première position ; ce sont cette fois Pablo Santurde et Fidel Turienzo qui montent sur le podium. Bien qu’initié seulement quelques semaines avant le départ de la première course, le projet Imerys aura également fait preuve d’une belle régularité : 3ème à New York, Phil Sharp signe un retour prometteur en Class40 après sa victoire sur la Route du Rhum 2006. Pour la Québec-Saint-Malo, il embarque Adrien Hardy et Milan Kolacek. Ensemble, ils terminent 6e. Puis ce sera Sam Manuard, l’architecte du bateau, qui accompagnera Phil Sharp sur Imerys pour la NCR. Ils termineront deuxièmes, à seulement 2 minutes et 49 secondes du vainqueur… 41 projets sont classés au championnat 2016. Malgré son abandon dans The Transat, Isabelle Joschke parvient à hisser Générali – Horizon mixité au pied du podium. Louis Duc se classera finalement 5ème sur Carac, un bateau d’ancienne génération, grâce à sa belle performance sur la Transat anglaise (2ème). La saison 2016 aura vu l’arrivée de nouveaux adhérents de renom, provenant d’horizon divers tel que Alain Gautier, co-skipper de Générali – Horizon Mixité, Robert Stanjek (Champion du Monde de Star en 2014, 5ème au JO de Londres..), les Figaristes Fabien Delahaye, Jean-Pierre Nicol, Fred Duthil, Claire Pruvot, Pierre-Loïc Berthet (multiple vainqueur du Tour de France à la Voile)… Il faut également noter le retour de grands animateurs de la classe : Armel Tripon, Jorg Riechers.   Thibaut Vauchel-Camus, skipper du team Solidaires en Peloton – ARSEP « Je suis très content de gagner une nouvelle fois le championnat Class40 et d’être le premier, depuis sa création, à être double vainqueur ! J’ai participé à trois des quatre courses comptant cette année ; j’en gagne une et termine deux fois quatrième. Le titre fait du bien ! Il prouve la régularité et la présence sur le circuit. Cela aura été l’occasion de naviguer contre des bateaux différents et aussi de découvrir de nouveaux concurrents et de retrouver d’anciennes têtes, c’est top ! La Class40 brasse du monde, c’est bien. Même si mon bateau est relativement récent, d’autres, plus récents encore, étaient présents cette année et malgré tout, mon bateau de 2ème génération reste fiable et performant face aux nouvelles montures. »   L’intégralité du classement : http://www.class40.com/modules/kameleon/upload/championnatclass4020163.pdf   RDV en 2017  avec une nouvelle dynamique             Dès le mois de mai, la saison redémarrera pour les Class40. Au programme du Championnat 2017 : GP Guyader (en équipage – coefficient 1), Normandy Channel Race (en double – coefficient 2), Les Sables-Horta (en double – coefficient 3) et la Transat Jacques Vabre (en double – coefficient 4).             De nouveaux trophées seront remis pour la première fois en 2017 car l’éclectisme de la Class40 fait que certains teams n’ont pas vocation à participer aux transatlantiques chaque année mais participent activement à la vie de la classe en prenant le départ de nombreuses courses dites « inshore ». Un premier trophée sera remis sur le bassin européen. Un second aux Etats-Unis où une dizaine de Class40 navigue chaque année. Toujours aussi dynamique, La class40 est en droit d’espérer une participation record à la Route du Rhum 2018 !   Le calendrier 2017 : http://www.class40.com/fr/calendrier/annee-2017.html[Lire la suite]]]> <![CDATA[Une saison haletante !]]> https://www.class40.com/?titre=une-saison-haletante-&mode=actualites&id=6711 Fri, 19 Aug 2016 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=une-saison-haletante-&mode=actualites&id=6711 A l’aube de la Normandy Channel Race, la Class40 se réjouit du beau succès de la saison 2016 : animatrice majeure des deux transatlantiques multi-classes de l’année, présence sur de nombreux plans d’eau, belle mixité entre professionnels aguerris et propriétaires éclairés, calendrier diversifié mêlant solitaire /double /équipage, championnat disputé…   A retenir  -          Une saison offshore intense : deux transatlantiques en 3 mois -          Succès d’un calendrier à 3 niveaux -          Participation record à la Normandy Channel Race -          Qui sera le champion 2016 ?     Transats : de la course au large à la régate au large Ils étaient 10 Class40 à prendre le départ de the Transat Bakerly le 2 mai à Plymouth et à s’élancer pour 3050nm en solitaire. Après 17 jours de lutte acharnée pour une place sur le podium et 5 dépressions, c’est Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires en Peloton ARSEP) qui s’impose devant Louis Duc (Carac) et Phil Sharp (Imerys). Pour rappel, Isabelle Joschke (Generali Horizon mixité) avait dû abandonner à cause d’une voie d’eau alors qu’elle était en tête de la flotte. La bataille faisait également rage entre les suivants, à l’image d’Edouard Golbery (Région Normandie) et de Robin Marais (Esprit Scout) qui franchissent la ligne d’arrivée avec seulement 1h30 d’écart. A noter également, Anna-Maria Renken termine 6ème pour sa première transat en solitaire et Hiroshi Kitada, le nouveau venu japonais, clôt la transat printanière. Le 10 juillet, 19 équipages se présentent sur la ligne de départ de la très appréciée Québec Saint-Malo. Le plateau représente très bien le succès voulu de la Class40 : une mixité à tous les niveaux. Equipages professionnels et propriétaires expérimentés qui vivent leur rêve, 8 nationalités représentées, deux femmes sur le podium, un classement Vintage… La Transat Québec Saint-Malo est devenue une « classique » du calendrier mais cela n’est pas seulement dû aux extraordinaires paysages rencontrés, c’est une nouvelle fois une course qui se transforme en « régate au large » et ce, aux différents niveaux de classement : Gonzalo Botin aura su mener son équipage à la victoire mais ils ne devancent leur poursuivant que de 90 minutes. 9 minutes seulement séparent le 2ème Generali Horizon Mixité du 5ème Cora Moustache Solidaire. Le podium n’était pas établi jusqu’au passage de la ligne grâce au suspens orchestré par l’équipage malouin de T. Vauchel-Camus qui tente le tout pour le tout à quelques milles de l’arrivée en passant par la passe Nord de Saint-Malo, laissant cependant la 3ème place à Catherine Pourre sur Eärendil, son nouveau Mach40.3 ! Le jeu continue également après : 5 minutes séparent le 6ème Black Pepper / Les P’tits doudous by Moulin Roty du 7ème Imerys. Seulement 5 heures entre le 9eme Carac et le 12ème Kiho…  et seulement 1h15 entre le 18ème Obportus et le 19ème Sirius. Fidèle à sa réputation, la Transat Québec Saint-Malo aura marqué tous les marins par son intensité mais également  par son ambiance et son parcours atypique. Si ces deux courses ont été appréciées par les participants, la Class40 est fière d’en être l’animatrice principale tant par le nombre de bateaux présents (40% de la flotte de The Transat Bakerly et 75% de la Québec Saint-Malo) que par l’intérêt sportif. Elle  a aussi conforté son image d’une classe dynamique et prouvé le niveau sportif de ses épreuves. De nouveaux adhérents de qualité exceptionnelle provenant de divers horizons tels que l’Imoca, le Figaro, le Tour de France, le Mini 6.50 l’ont découverte avec gourmandise et en seront de bons promoteurs grâce la satisfaction qu’ils en ont éprouvé.     Une classe, 3 calendriers L’éclectisme du plateau Class40 signifie aussi que les attentes diffèrent : si beaucoup s’adonnent au Class40 pour pouvoir participer à des courses de renoms à un coût maitrisé, certains préfèrent les événements plus courts et/ou en équipage. C’est pourquoi il avait été proposé cette année 3 programmes de courses : Américain, Offshore (celui comptant pour le championnat) et Européen. Les Class40 se sont ainsi retrouvés à la RORC Carribean 600, au Grand Prix Guyader,  aux Voiles de Saint-Barth, à l’Armen Race, lors du tour d’Irlande… L’Atlantic Cup, qui a eu lieu entre fin mai et début juin, a réuni 9 bateaux, la moitié d’Américains, l’autre d’Européens venus découvrir cette course combinant inshores et offshores entre Charleston et Portland (Maine) dans cet environnement exceptionnel qu’est la Côte Est des Etats-Unis, combinant les surfs dans le Gulf Stream et une étape à Brooklyn sous les tours de Manhattan. Une grande majorité des concurrents se retrouvera dans un mois à Caen pour la dernière course de la saison.     Une trentaine de participants à la Normandy Channel Race             Final exceptionnel de la saison 2016, la NCR réunira les différents plateaux de l’année. Sur cette course en double de 1000nm, qui parviendra à monter sur la plus haute marche du podium, les duos ayant fait de nombreux milles au large ou ceux qui auront privilégiés des courses côtières plus proche de cet exercice ? Une chose est sure, cette course sera passionnante et clôturera  la saison avec brio.     Championnat Class40 2016, un final captivant Le choix avait été d’axer le championnat 2016 sur la course au large ; The Transat, The Atlantic Cup, Québec-Saint-Malo et Normandy Channel allaient donc être les 4 courses valorisées cette année. Au terme des 3 premières épreuves, le team Solidaires en Peloton ARSEP est largement en tête avec 20 points d’avance sur ses 2 poursuivants, l’équipe espagnole Tales 2 à égalité de points avec les Anglais d’Imerys. Mais rien n’est encore joué puisque Carac  n’a que 4 points de retard sur le podium, soit 2 places au classement général de la NCR. Eärendil, 5ème pour l’instant, n’est que 6 points derrière… RDV en septembre pour connaître le dénouement !   L’intégralité du classement : http://www.class40.com/modules/kameleon/upload/championnatclass402016.pdf[Lire la suite]]]> <![CDATA[Transat bakerly: Eclectisme et réussite]]> https://www.class40.com/?titre=transat-bakerly-eclectisme-et-reussite&mode=actualites&id=6372 Thu, 02 Jun 2016 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=transat-bakerly-eclectisme-et-reussite&mode=actualites&id=6372 Mais ils étaient 10 au départ de The Transat Bakerly. 10 skippers et 10 projets différents avec chacun une personnalité, une histoire différente.     Louis Duc (Carac) termine deuxième de cette transat qui, avec son parcours Nord, est considérée comme la plus difficile. S’il avait déjà impressionné en terminant 3e de la Transat jJcques Vabre 2013 avec Christophe Lebas, le skipper a su faire évoluer son plan Lombart de 2008 tout en acquérant une expérience considérable de la course au large : sachant que son bateau plus ancien ne pouvait être aussi performant au reaching que ceux de nouvelles générations, il a optionné en choisissant une route plus sud que ses concurrents. Stratégie qui lui a offert ce superbe podium.     Vainqueur de la Route du Rhum en Class40 en 2006, Phil Sharp (Imerys) a décidé de revenir sur le circuit au dernier moment : il achète le #130 (ex GDF SUEZ, ex Zetra) en avril et part dans la foulée faire sa qualification. Dès les premiers milles, Phil fait partie de la tête de la flotte, qu’il mène à plusieurs reprises. Mais un enchaînement malheureux de problèmes techniques ne lui permet plus de mener le bateau à 100%. Il parvient, malgré sa Grand-voile déchirée, à monter sur la 3e marche du podium.     Edouard Golbery (Région Normandie) et Robin Marais (Esprit Scout) participaient tous les deux à leur première transat en Class40, après avoir participé à la Mini Transat. Leur parcours est relativement similaire : ils parviennent à s’aligner au départ de la course grâce aux coups de main amicaux et familiaux. Un budget limité mais qui n’entrave en rien leur compétitivité.  Jusqu’au bout, la bataille aura été rude entre ces 2 skippers qui terminent, après 19 jours de course, à seulement 1h30 l’un de l’autre.     Le 6ème Class40 à franchir la ligne d’arrivée est celui de l’Allemande Anna-Maria Renken (Nivea), première femme à terminer cette transatlantique réputée pour sa difficulté. C’était également la première transat en solitaire pour Anna-Maria qui, malgré des nombreux soucis techniques et quelques problèmes de santé,  s’y préparait depuis de longs mois. Elle avoue avoir connu des moments difficiles, soucis techniques qu’elle est parvenue à résoudre mais également soucis de santé. Sa joie à l’arrivée est incontestable : elle est heureuse et fière !     Hiroshi Kitada termine 7ème de The Transat. De tous les participants à la course, il est celui qui intrigue le plus : de nationalité japonaise, la communication n’est pas aisée puisqu’il ne parle pas français et seulement quelques mots d’anglais. L’échange passe donc nécessairement  par Patrizia, sa traductrice et JC, le préparateur du bateau. Il vient au Dinner Gala en costume traditionnel et impressionne le monde de la course au large européenne qui a déjà du mal à enfiler une veste pour l’occasion. Mais surtout, The Transat est sa première course en solitaire en Class40 à bord d’un bateau tout neuf, dont ce sera également la première course. Il avoue, à l’arrivée, avoir compris qu’il avait choisi l’une des courses des plus difficiles du calendrier pour son baptême du feu en Class40 et n’en est que plus fier d’être arrivé jusqu’au bout. Tous (organisation, concurrents, classe…) se réjouissent également pour lui et espèrent le retrouver très prochainement sur d’autres courses.     S’ils ne sont que 7 à être arrivés à New York, ils étaient 10 à prendre le départ à Plymouth et les 3 skippers contraints à l’abandon méritent également qu’on ne les oublie pas.   Isabelle Joschke, nouvelle venue sur le circuit Class40, à bord de Generali-Horizon Mixité a mené la course plusieurs jours durant. Malheureusement les conditions météo ont éprouvé le bateau (voie d’eau), contraignant la navigatrice à abandonner et faire route vers Saint-Pierre-et-Miquelon.   Armel Tripon (Black Pepper / les Ptits doudous par Moulin Roty) signait son retour en Class40 et choisit une route extrême, plein sud, très rapidement. Malheureusement une accumulation de soucis techniques (plus de pilote automatique, voile d’avant déchirée etc.) l’oblige à faire escale à Horta. Compétiteur dans l’âme, il reconnait ne pas avoir envie de repartir avec plus de 1000nm de retard sur la tête de la flotte.   Maxime Sorel (V and B) en aura lui été quitte pour une belle frayeur qui, heureusement, se termine bien pour lui et pour son bateau : le lendemain du départ, il est entré en collision avec un cargo au large de Penmarc’h. Il a donc préféré faire route vers La Trinité sur Mer pour sortir le bateau et le faire expertiser en vue de la suite de la saison plutôt que de prendre le risque de continuer sans maîtriser des dégâts non visibles.       Toutefois The Transat bakerly n’est pas la seule course courue en Class40 depuis le début de l’année et de nombreux autres skippers prouvent sur les différents plans d’eau, en France, en Angleterre, aux USA ou aux Antilles, que tous les profils, tous les budgets, tous les caractères trouvent leur place en Class40 !      [Lire la suite]]]> <![CDATA[Solidaires en Peloton ARSEP, vainqueur du championnat Class40 2015!]]> https://www.class40.com/?titre=solidaires-en-peloton-arsep-vainqueur-du-championnat-class40-2015&mode=actualites&id=6075 Wed, 16 Dec 2015 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=solidaires-en-peloton-arsep-vainqueur-du-championnat-class40-2015&mode=actualites&id=6075 Un championnat disputé !                 Deuxième du Grand Prix Guyader et des Sables-Horta-Les Sables, troisième de la Normandy Channel Race, vainqueur du Record SNSM et quatrième de la Transat Jacques Vabre, Solidaires en peloton ARSEP, skippé par Thibaut Vauchel-Camus et co-skippé par Victorien Erussard, est sacré champion 2015 de la Class40. La régularité du bateau bleu (un Mach 40 de 2014) est indiscutable cette année et confirme sa superbe deuxième place à la Route du Rhum destination Guadeloupe en 2014.                 Yannick Bestaven et Pierre Brasseur, vainqueurs de La Transat Jacques Vabre et des Sables-Horta-Les Sables et deuxièmes de la Normandy Channel Race sur leur Tizh de 2014 Le Conservateur, s’adjugent quant à eux, la deuxième place du championnat. N’ayant pu participer à toutes les épreuves de la saison, ils ont été de grands animateurs de la saison Class40 2015.                 Louis Duc, skipper de Carac Advanced Energies, signe lui une superbe performance en s’adjugeant la troisième place de ce championnat avec son Akilaria MK2 de 2008 ! Terminant cinquième de la NCR, quatrième des Sables-Horta-Les Sables (et troisième de la seconde étape) et enfin troisième du Record SNSM et de la Transat jacques Vabre, il nous démontre que les bateaux d’ancienne génération sont encore compétitifs, face aux redoutables nouveaux plans.                   Rendez-vous en 2016                 La saison 2016 s’annonce bien remplie pour les Class40 !                 Le championnat 2016 s’articulera autour d’un grand triangle Atlantique : The Transat (Plymouth- New York, en solitaire -  départ le 2 mai), l’Atlantic Cup (Charleston- New-York- Portland, en double -  départ le 28 mai), la Transat Québec Saint-Malo (en équipage -  départ le 10 juillet) où environ 25 Class40 sont attendus et enfin la Normandy Channel Race qui, cette année en fin de saison (départ le 11 septembre), sera l’ultime épreuve pour déterminer le nom du champion !                 Toutefois, avec une flotte qui s’étoffe outre-Atlantique, quatre courses promotionnelles sont également proposées aux bateaux basés en Atlantique Est (RORC Caribbean 600, Newport to Bermuda, Ida Lewis Race et Vineyard Race).                 Enfin, pour ceux qui privilégieront le bassin européen, le calendrier sera également bien rempli puisque le premier rendez-vous sera le Grand Prix Guyader, suivi de l’Armen race, du Myth of Malham, du Record SNSM, du Tour de l’Irlande puis du Tour de l’Ile de Wight et de Cowes-Dinard.                 Différentes solutions de calendrier, donc, pour une flotte éclectique répartie sur plusieurs bassins de navigation dans le Monde !     Un marché d’occasion florissant                 Enfin, pour preuve que la Class40 est en excellente santé, le marché florissant et international des Class40 d’occasion : 26 ventes ont été conclues en 2015 ! A noter également que quatre nouveaux bateaux ont été construits (2 Mach 40.3, 1 Pogo S3, 1 OCD 40) et deux autres sont en cours de construction. Dorénavant, 2 Class40 sont au Brésil, un au Monténégro, un en Afrique du Sud, un en Chine, deux au Canada, deux en Slovénie, deux au Japon, quatre au Pays-Bas, quinze en Angleterre, deux en Australie, un en Nouvelle Zélande, dix en Italie, quarante-cinq en France, quinze aux Etats-Unis…     Classement du Championnat Class40 2015 : Solidaires en Peloton ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus / Victorien Erussard) – 49 points Le Conservateur (Yannick Bestaven / Pierre Brasseur) – 59 points Carac Advanced Energies (Louis Duc) – 66 points TeamWork 40 (Bertrand Delesne) – 84 points Bretagne Crédit Mutuel (Nicolas Troussel) – 113 points Groupe Setin (Manuel Cousin / Gérald Quéouron) – 113 points Zetra (Eduardo Penido / Renato Araujo) – 114 points V and B (Maxime Sorel / Sam Manuard) – 129 points Concise 2 (Phillippa Hutton-Squire) -  139 points CRENO Moustache Solidaire (Thibault Hector / Morgan Launay) – 145 points Club 103 (Alan Roura) – 146 points Serenis Consulting (Jean Galfione) – 152 points SNBSM Espoir Compétition (Valentin Lemarchand / Arthur Hubert) – 153 points Colombre XL (Massimo Juris / Pietro Luciani) -  156 points L’Express (Pierre-Yves Lautrou) – 162 points *Sont cités skipper et co-skipper lorsqu’il n’y a pas eu de changement de co-skipper dans la saison.[Lire la suite]]]> <![CDATA[Le team Solidaire en Peloton ARSEP en tête du championnat à mi-saison!]]> https://www.class40.com/?titre=le-team-solidaire-en-peloton-arsep-en-tete-du-championnat-a-mi-saison&mode=actualites&id=5882 Fri, 24 Jul 2015 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=le-team-solidaire-en-peloton-arsep-en-tete-du-championnat-a-mi-saison&mode=actualites&id=5882 Vainqueur du Record SNSM, deuxième des Sables-Horta et du Grand Prix Guyader et troisième de la Normandy Channel Race, le bateau bleu n'en finit plus de truster les podiums!   Pourtant, dès la première course de la saison, Nicolas Troussel s'emparait de la tête du championnat grâce à sa victoire à Douarnenez. Une seconde victoire dans la Normandy Channel Race venait conforter cette place mais l'absence  du Class40 Bretagne Crédit Mutuel à la course Les Sables-Horta-Les Sables a fait rétrograder son skipper à la deuxième place.   Louis Duc, skipper de Carac Advanced Energies, complète pour l'instant le podium, un seul petit point derrière Nicolas. Une belle place provisoire pour le skipper d'un bateau d'ancienne génération qui, lui aussi, est abonné aux podiums cette année (3ème du Record SNSM et de l'étape Horta-Les Sables)!   Mais pour autant, rien est encore joué! Le duo Yannick Bestaven et Pierre Brasseur (Le Conservateur) n'est lui aussi qu'à un seul point du podium et Bertrand Delesne sur son TeamWork 40, peut également espérer un podium pour finir sa deuxième saison sur le circuit Class40.   A l'issue de la Transat Jacques Vabre, prochaine et dernière course du calendrier officiel, sera donc connu le vainqueur du championnat Class40 2015!   Le classement provisoire: http://www.class40.com/fr/classement/    [Lire la suite]]]> <![CDATA[La Class40 confirmée dans ses choix stratégiques]]> https://www.class40.com/?titre=la-class40-confirmee-dans-ses-choix-strategiques&mode=actualites&id=5200 Tue, 16 Dec 2014 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=la-class40-confirmee-dans-ses-choix-strategiques&mode=actualites&id=5200 - Bilan de la Route du Rhum : attractivité et intérêt sportif largement confirmés pour la Class40.- « Campagne de France » co-skippé par Halvard Mabire et Miranda Merron, remporte le classement 2014 de la Class40.- Présentation du calendrier prévisionnel 2015   Participation exceptionnelle avec 43 skippers au départ. Traversée record en 16 jours, 17 heures, 47 minutes et 8 secondes, pour le vainqueur, l'espagnol Alex Pella (Tales 2 Santander). Un podium totalement inédit. Un top ten à l'image de la diversité de la Class40, qu'il s'agisse des profils des skippers comme des carènes de leurs bateaux. Bref, sur cette Route du Rhum - Destination Guadeloupe, la Class40 a montré qu'elle était riche. Riche de son ouverture, riche de son attractivité, riche de sa sportivité : la Class40 tire un bilan positif de sa 3e Route du Rhum et peut confirmer ses choix stratégiques, notamment en terme de jauge.   Quel bilan la Class40 peut-elle tirer de cette Route du Rhum - Destination Guadeloupe ? François Angoulvant, Président de la Class40 : « La première grande satisfaction de cette Route du Rhum - Destination Guadeloupe est la preuve de l'attractivité de la classe et du succès de la rigueur de sa jauge. Dans les 10 premiers, on a neuf bateaux différents, six architectes représentés et un gap de date de conception de ces plans de 6 ans !    Côté skippers, là encore, ce top ten est franchement éclectique, avec des coureurs de 53 à 34 ans issus du circuit Mini, de l'Imoca, de l'olympisme... Ce top ten est révélateur de l'ouverture de la Class40. Grâce à cette belle homogénéité de la flotte, c'est, plus que jamais, le skipper ou l'équipage qui font la différence. Notre objectif est donc de travailler à maintenir cette homogénéité, pour garantir l'intérêt sportif des compétitions à venir. » Autre fait marquant de cette Route du Rhum : la présence de coureurs de renoms...François Angoulvant : « Le retour de Nicolas Troussel est une excellente nouvelle, l'arrivée de Kito de Pavant, le passage d'Arnaud Boissière, sont très valorisants et nous sommes heureux d'attirer des skippers connus au sein de la classe. Kito de Pavant a, en plus, fait une belle course et a vraiment apprécié son passage en Class40. » Il y avait aussi de nombreux jeunes coureurs parmi ces 43 solitaires au départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe.François Angoulvant : « Cela confirme encore l'attractivité et l'accessibilité de la classe. C'était, de loin, la flotte la plus intéressante à suivre sportivement sur cette Route du Rhum. Il y a eu un véritable match en mer pendant ces trois semaines de course et aucun pronostic n'était possible avant le départ. » Alex Pella (Tales 2 Santander) a bouclé sa transat en un temps record, juste derrière les derniers Imoca François Angoulvant : « Le premier Class40 est effectivement arrivé juste derrière le dernier Imoca. L'an dernier, déjà, sur la Transat Jacques Vabre, les Class40 étaient restés proches des derniers Imoca. Certains skippers Imoca commencent à regarder notre flotte d'un œil attentif... Bref, ça évolue dans le bon sens en terme de performances, cela fait partie des paramètres indéniables d'attractivité de la classe, à nous de continuer à veiller à la rigueur de la jauge. » ____________________________________ Campagne de France vainqueur du classement Class40 2014 Le Pogo S2 « Campagne de France », skippé par Halvard Mabire et Miranda Merron (6e de la Route du Rhum) remporte le Classement Class40 2014 devant l'Akilaria RC3 de Damien Seguin et le Mach40 TeamWork40 de Bertrand Delesne, bizuth de la classe et déjà sur le podium !  Ce classement récompense l'assiduité et la régularité des résultats tout au long de la saison.   Classement du Championnat 2014 visible ici.   Calendrier 2015: cliquez ici.   Classement La Route du Rhum - Destination Guadeloupe ici.[Lire la suite]]]> <![CDATA[42 Class40 inscrits : une attractivité rare !]]> https://www.class40.com/?titre=42-class40-inscrits--une-attractivite-rare-&mode=actualites&id=4872 Tue, 30 Sep 2014 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=42-class40-inscrits--une-attractivite-rare-&mode=actualites&id=4872 A l’occasion de cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe, la Class40 vient de franchir un nouveau cap. Avec plus de 40 bateaux inscrits, elle fait preuve d’une attractivité jusqu’ici inégalée. Du skipper Imoca au pur amateur, des ex-ministes diablement affûtés aux pointus régatiers de tous bords, du plus jeune solitaire de la course aux fidèles pionniers de la classe, cette flotte, belle et riche, présente un plateau humain et technique (13 bateaux neufs) extrêmement ouvert, doté d’un excellent niveau de compétition.   Expérience de la course au large, maîtrise de l’art de la régate, connaissance de son bateau, fougue de la jeunesse… chaque skipper Class40 apporte sa pierre à l’édifice « performance » et compétition de la flotte.   Les confrontations en solitaires étant rares en Class40, et la Route du Rhum ayant ce pouvoir attractif qui lui est si particulier, la flotte qui s’élancera le 2 novembre prochain de St-Malo ne se connaît pas vraiment, pas complètement… d’autant que pas moins de 7 bateaux flambant neufs seront au départ.   Alors, entre ces montures à découvrir, le paramètre « solitaire » qui nivèle sensiblement les gaps potentiels de performance des machines et, inversement, la puissance cachée d’un couple skipper/bateau qui se connaît parfaitement, nombreux sont les solitaires qui peuvent tirer leur épingle du jeu sur cette traversée de l’Atlantique nord.   Des favoris émergent… au cœur d’une escouade de sérieux outsiders Au regard des deux superbes saisons qu’il vient d’enchaîner (que des victoires), Sébastien Rogues (GDF SUEZ) part grand favori : il maîtrise parfaitement son plan Manuard dont les qualités ne sont plus à démontrer et ses années Mini le rendent à l’aise en solitaire. Le nom de l’excellent régatier espagnol Alex Pella (Santander 2014) et de son plan Botin, résonne aussi sur les pontons. Le talentueux et battant Halvard Mabire (Campagne 2 France) sera doté d’une monture de l’année, le tout nouveau Pogo S3. Yannick Bestaven (Le Conservateur), notamment s’il arrive à qualifier son plan Verdier flambant neuf. Conrad Humphreys (Cat® Phone) est un bizuth de la Class40, mais peut prétendre à un podium à la barre de son Akilaria 2013. Kito de Pavant (Otio - Bastide Médical), également bizuth de la Class40, a choisi de mettre son expérience à la barre d’un bon bateau (le plan Verdier de Bruno Jourdren). Bertrand Delesne (TeamWork40) talentueux ministe aussi bien préparé qu’il est discret. Préparation poussée également pour Pierre-Yves Lautrou (L’Express – Trepia) et son Pogo S3. Attention à Nicolas Thomas (Guadeloupe Grand Large) 2e de « La Qualif’ » avec son Mach 40. Marc Lepesqueux et son Sabrosa tout juste mis à l’eau, Damien Seguin (ERDF - Des pieds et des mains), Miranda Merron (Campagne de France), Stéphane le Diraison (IXBlue – BRS) qui revient en Class40 avec de légitimes ambitions, Giancarlo Pedote (Fantastica) brillant ministe, Pierre Brasseur (Matouba) lui aussi talentueux ministe qui, comme l’expérimenté Arnaud Boissières (du Rhum au Globe), devra composer avec une carène de la première génération, le fin régatier Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires en peloton), l’expérimenté Jean-Christophe Caso (Picoty – Lac de Vassivière), le fougueux Brieuc Maisonneuve (Groupement Flo), le talentueux et intuitif Louis Duc (Advanced Energies – Carac), le journaliste Fabrice Amédéo (SNCF Geodis - Newrest)…   Bref, une quinzaine de solitaires peut prétendre au podium de cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe, et une vingtaine au top 5 à 10...  Ça va se bousculer au portillon de l’Atlantique Nord !   C’est extra ! Mais, la Class40, c’est bien plus qu’une victoire, un podium ou un top ten ! La Class40, c’est une aventure… Pour une belle moitié de la flotte, cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe relève surtout de l’expérience inédite, du véritable défi. Ce sera notamment le cas pour le plus jeune skipper de la course, Paul Hignard (Bruneau) 19 ans, le célèbre perchiste Jean Galfione (Serenis Consulting) qui s’élance sur sa toute première transat en solitaire, la vétérinaire Juliette Pétrès qui s’est donné un an et se donne à fond pour préparer sa course, l’ingénieur basé à Dakar Emmanuel Hamez (Terranga), Valentin Lemarchand (Maison Tirel Guerin) sélectionné parmi plusieurs jeunes malouins pour vivre cette grande première, le suisse Alan Roura (Exocet) tout droit venu du Mini, Olivier Roussey (Obportus 3) un lorrain qui s’engage pour 3 ans sur le circuit, l’ingénieur Maxime Sorel (MS Saling Team) et Antoine Michel (Setti LTD) qui jouent tous deux le classement vintage, Dominique Rivard (Marie-Galante), Michel Kleinjans (Brusails for Belgium), Vincent Lantin (Chagabang) et Rodolphe Sepho (Voile 44 AAEA Cava)...   Attractivité rime aussi avec fidélité Au cœur de cette flotte, un remarquable noyau de pionniers de la Class40 prouve qu’attractivité rime aussi avec fidélité. Grâce à la Class40, ils se sont élancés dans la grande aventure de la course au large en participant à leur première Route du Rhum, en 2006. Trois éditions plus tard, ils sont toujours là, avec la même étincelle dans les yeux : le président de la Class40 François Angoulvant (Team Sabrosa MK2) et son tout nouveau Sabrosa, Lionel Regnier (April / Formacoupe), Jean-Edouard Criquioche, Patrice Bougard (Kogane) et Thierry Bouchard (Wallfo.com). Ils ne sont pas des pionniers de la classe, mais l’animent fidèlement depuis plusieurs saisons : la Sud-Africaine tourdumondiste  Philippa Hutton-Squire, le plus célèbre des skippers guadeloupéens Philippe Fiston (Ville Ste-Anne Guadeloupe), Eric Darni (Sea Shepherd Fantronic).     Save the dates ! Les 42 skippers de la Class40 vous donnent rendez-vous le 25 septembre à Paris pour la conférence de presse de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe puis le 29 octobre à Saint-Malo pour un pot de l’amitié et de l’aventure partagée et, bien sûr, à partir du 2 novembre pour la vivre vraiment cette « fierce and friendly » transat en solitaire.   13 bateaux neufs !... et 5 « vintage » Au cœur d’un contexte économique difficile, la flotte des Class40 compte pas moins de 7 bateaux de 2014 et 6 de 2013. Ensuite, c’est assez équilibré : 3 bateaux 2012, 5 de 2011, 6 de 2010, 6 de 2009, 3 de 2008, 4 de 2007, 2 de 2006.   Avec 13 bateaux neufs, cette flotte présente un intérêt architectural et technique exceptionnel (15 architectes représentés sur les 42 inscrits).   François Angoulvant, président de la Class40 : « Avec 13 bateaux neufs, la flotte est résolument compétitive. Ces 13 nouvelles carènes tendent toutes vers la recherche d’un maximum de puissance. Ce qui est intéressant, c’est que chaque architecte a exploré des pistes différentes, cela ouvre encore de nouvelles perspectives… Mais les bateaux intermédiaires, parfaitement fiabilisés et maîtrisés par leurs skippers, restent très bien placés en terme de performance. Il ne faut pas oublier qu’en solitaire, la complicité du couple skipper/bateau est un atout majeur. Ce beau développement de la classe avec cette quinzaine de carènes neuves en 2 saisons et les performances toujours bien réelles des bateaux de 2010 – 2009 prouvent que la jauge Class40 fonctionne plutôt bien ! »     Cette évolution des carènes a récemment conduit la classe à mettre en place un classement « vintage » pour valoriser les performances des skippers sur des carènes de la première génération. Sur cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe, cinq bateaux sont concernés (sont classés « vintage » les bateaux de la première génération répondant à certains critères de performance) : le n°10 d’Eric Darni, le n°22 de Rodophe Sepho, le n°31 de Vincent Lantin, le n°45 de Maxime Sorel et le n° 57 d’Antoine Michel. La classe a par ailleurs décidé de récompenser le vainqueur de cette catégorie d’une prime de 2000€.   ____________________________________     François Angoulvant, président de la Class40 : «  42 bateaux : c’est une grande et double satisfaction : - d’un point de vue quantitatif, réunir plus de quarante bateaux surtout dans le contexte actuel est une très belle réussite et la preuve de l’attractivité de la classe, - d’un point de vue qualitatif : le niveau de compétition dû au caractère éclectique de cette flotte qui rassemble des skippers très expérimentés comme Kito de Pavant, Alex Pella, Halvard Mabire, Arnaud Boissières, Yannick Bestaven… des talents de la course au large issus du Mini comme Sébastien Rogues, Bertrand Delesne… Entre expérience, talent, maîtrise du bateau, énergie des plus jeunes, une quinzaine de couples bateau/skipper peut prétendre au podium : bien malin qui peut donner le futur tiercé gagnant de cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe en Class40 ! »    ____________________________________     La flotte en chiffres Le plus jeune skipper : Paul Hignard (Bruneau), 19 ans, un malouin tout sourire, à la barre d’un Mach40 2011…   10 cinquantenaires : Thierry Bouchard, Patrice Bougard, Eric Darni, Kito de Pavant, Emmanuel Hamez, Michel Kleinjans, Halvard Mabire, Lionel Regnier, Olivier Roussey, Bruno Rzetelny.   13 bizuths de la Class40 et de la Route du Rhum pour presque tous sauf bien sûr Kito de Pavant, mais double bizuth pour les 12 autres : Emmanuel Hamez, Paul Hignard, Conrad Humphreys, Vincent Lantin, Valentin Lemarchand, Antoine Michel, Giancarlo Pedote, Alex Pella, Juliette Petrès, Alan Roura, Maxime Sorel, Nicolas Thomas.   3 skippers issus de la classe Imoca : Kito de Pavant, Arnaud Boissières, Yannick Bestaven.   11 skippers issus de la classe Mini : Arnaud Boissières, Yannick Bestaven, Pierre Brasseur, Jean-Christophe Caso, Bertrand Delesne, Louis Duc, Pierre-Yves Lautrou, Stéphane Le Diraison, Giancarlo Pedote, Sébastien Rogues, Alan Roura.   15 architectes représentés : Guillaume Verdier, Finot-Conq, Sabrosa rain, Sam Manuard, Conq, Marc Lombard, Botin partners, Farr Yacht Design, Elie Canivenc, Groupe Finot, Jacques Valer, Owen Clarck Design, François Lucas, Rogers Yacht Design, Humphreys Yacht Design.[Lire la suite]]]> <![CDATA[Déjà de beaux vainqueurs!]]> https://www.class40.com/?titre=deja-de-beaux-vainqueurs&mode=actualites&id=4595 Tue, 17 Jun 2014 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=deja-de-beaux-vainqueurs&mode=actualites&id=4595 Rappel des résultats:   Grand Prix Guyader (Parcours côtiers, en équipage): 1. GDF SUEZ 2. Matouba 3. TeamWork 4. Campagne de France 5. Serenis Consulting 6. L'Express - Trepia 7. ERDF Des Pieds et des Mains 8. MS Sailing team 9. Stella Nova 10. OFI 11. Concise2 12. Setti   Atlantic Cup (Offshore & Inshore races, en double & en équipage): 1. Gryphon Solo 2 (Joe Harris & Patrick O'Connor) 2. jeffreymacfarlane.com (Jeffrey MacFarlane & Jake Arcand) 3. Pleiad racing (Edward Cesare & Chad Corning) 4. Dragon (Michael Hennessy & Rob Windsor) 5. Flatline (Kyle Hubley & Frederic de Mesel)   Normandy Channel Race (1000nm, en double): 1. GDF SUEZ (Sébastien Rogues & Bertand Castelnerac) 2. Groupement Flo (Brieuc Maisonneuvre & Rémi Aubrun) 3. L'Express - Trepia (Pierre-Yves Lautrou & Thomas Ruyant) 4. ERDF Des Pieds et des Mains (Damien Seguin & Jeanne Grégoire) 5.TeamWork (Bertrand Delesne & David Raison) 6. Campagne de France (Miranda Merron & Halvard Mabire) 7. Groupe Picoty - Lac de Vassivière (JC Caso & Aymeric Chappellier) 8. Serenis Consulting (Jean Galfione & Roland Jourdain) 9. Le Conservateur (Yannick Bestaven & Pierre Brasseur) 10. Advanced Energies Carac (Louis Duc & Damien Rousseau) 11. MS Sailing Team (Maxime SOrel & Pascal Quintin) 12. La Belle Equipe 2 (Bruno Rzetelny & Loïc Coudret) 13. Obportus (Olivier Roussey & Philippe Burger) 14. Kogane (Patrice Bougard & Richard Tolkien) 15. Swich (Roderick Knowles & Paul Peggs) 16. Concise 2 (Juliette Petres & Phillippa Hutton-Squire) DNF. Romerike Elektro AS (Rune Aasberg & Simen lovgren)  [Lire la suite]]]> <![CDATA[2013 s’achève… 2014, 2015, 2016, 2017 vous attendent ! ]]> https://www.class40.com/?titre=2013-sacheve-2014-2015-2016-2017-vous-attendent--&mode=actualites&id=3613 Tue, 17 Dec 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=2013-sacheve-2014-2015-2016-2017-vous-attendent--&mode=actualites&id=3613 Cette longue transat menée tambour battant a sacré un podium international, mais la bagarre s'est jouée à couteaux tirés à tous les étages. Pendant trois semaines, les Class40 se sont livrés à une passionnante régate océanique. Et ce n’est pas fini ! 2014, 2015, 2016, 2017... un calendrier des courses pérenne et varié est proposé aux coureurs Class40 et à leurs partenaires : de quoi monter de solides projets !GDF SUEZ (Rogues/Delahaye), leader incontesté de ces 5 450 milles entre Le Havre et Itajaï, a été talonné par deux duos qui se sont livrés une lutte acharnée jusqu’au Brésil : Tales Santander 2014 (Pella/Santurde) termine sur la deuxième marche du podium, suivi de près par Mare (Riechers/Brasseur).La gestion du matériel a été un facteur clé de la réussite de cette transat disputée presque exclusivement au portant. La garde-robe et l’état général du bateau (et notamment du bout dehors) ont sensiblement influé sur les performances de chacun, donnant lieu à des duels inédits entre des bateaux récents et des Class40 de 2e génération, et/ou entre des équipages chevronnés vs des duos de challengers. Tous à bon port23 des 26 Class40 ayant pris le départ du Havre le jeudi 7 novembre dernier sont arrivés à Itajaï. Seuls trois Class40 ont été contraint à l’abandon (problèmes techniques à bord de Marie Galante (Rivard/Clerton) et de Concise 8 (Collier Wakefield/Goodchild) et raisons médicales pour Dunkerque - Planète enfants (Jourdren/Ruyant)).Une fois encore, cette Transat des Class40 fut ouverte et passionnante. Et, à l’image de la mixité de la classe, le top 10 regroupe 6 architectes et 4 nationalités.Classement annuel*Fort de son parcours presque sans faute (6 victoires sur 7 épreuves disputées) cette saison, GDF SUEZ skippé par Sébastien Rogues remporte haut l’étrave le championnat Class40 2013. Campagne de France (Halvard Mabire) est 2e et Groupe Picoty (Jean-Christophe Caso) complète le podium.  2014 – 2017 : la Class40 a de la suite dans ses calendriers ! Désormais, les coureurs de la Class40 et leurs partenaires peuvent s’appuyer sur un programme de course pérenne. Un programme varié, conçu pour satisfaire les coureurs au long cours comme les adeptes de la course côtière. Un programme à géométrie variable dans lequel les marins pourront piocher en fonction de leur budget, de leurs disponibilités ou des objectifs de leurs partenaires.   C. Ecarlat__________________________________________CALENDRIER DES COURSES CLASS40 PREVISIONNEL 2014 - 201720142 – 5 mai : Grand Prix Guyader9 – 24 mai : The Atlantic Cup25 mai – 1er juin : Normandy Channel Race22 – 29 juin : Record SNSM et parcours de 1000 milles en solitaire entre Saint-Nazaire, l'Espagne, l'Irlande et Saint-Nazaire18 – 21 sept. : Mondial à Douarnenez5 – 23 novembre : Route du Rhum2015 (dates à confirmer)28 avril – 1er mai : Grand Prix de Douarnenez14 – 21 mai : Normandy Channel Race23 – 31 mai : The Atlantic Cup21 – 23 juin : Record SNSM4 – 26 juillet : Les Sables – Horta – Les Sables16 – 23 août : Fastnet Race1er – 29 nov. : Transat Jacques Vabre2016 (dates à confirmer)27 mars - 23 avril : La Solidaire du Chocolat28 avril – 1er mai : Grand Prix de Douarnenez15 – 29 mai : The Atlantic Cup19 – 21 juin : Record SNSM3 – 24 juillet : Québec – Saint Malo27 août – 4 sept. : Normandy Channel Race2017 (dates à confirmer)4 – 7 mai : Grand Prix de Douarnenez13 – 24 mai : The Atlantic Cup25 – 27 juin : Record SNSM2 – 24 juill. : Les Sables – Horta – Les Sables13 – 20 août : Fastnet Race29 oct. – 26 nov. : Transat Jacques Vabrewww.class40.com/fr/calendrier__________________________________________* Le Championnat Class40 2013 regroupait 7 coursesNormandy Channel Race (coefficient 2)Grand Prix Guyader (coefficient 1)Atlantic Cup (coefficient 2)Record SNSM (coefficient 1)Les Sables-Horta (coefficient 2)Rolex Fastnet Race (coefficient 1)Transat Jacques Vabre (coefficient 4)49 participants[Lire la suite]]]> <![CDATA[En mode transat]]> https://www.class40.com/?titre=en-mode-transat&mode=actualites&id=3592 Tue, 12 Nov 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=en-mode-transat&mode=actualites&id=3592 Les conditions météo du moment ont fait jouer aux organisateurs de la transat Jacques Vabre la carte de la prudence en décalant le départ de quelques jours, afin que la flotte des quatre classes engagées bénéficie de conditions météo plus clémentes pour s’élancer sur ce parcours de plus de 5300 milles. Néanmoins, une mise à l’abri météorologique a été prévue pour les Class40, afin de faire le dos rond, à l’abri, pendant le fort coup de vent annoncé. Un arrêt au stand de près de 40h pour les 26 voiliers. GDF SUEZ, 1er arrivé le vendredi après-midi a donc été le premier à reprendre sa route à 4h le dimanche 10 novembre. ECOELEC FANTRONIC fermant la marche 9h plus tard. Alors que les Mod70 cravachent à des allures folles vers Itajaí, le match des Class40 a donc repris au large des côtes bretonnes, certes à des allures moindres, mais avec des skippers tout aussi motivés pour réduire rapidement la distance qui les sépare de la ligne d’arrivée au Brésil. Toutes les brèves, informations, photos et vidéos sont à suivre en ligne : http://www.transat-jacques-vabre.com[Lire la suite]]]> <![CDATA[Transat Jacques Vabre 2013, on y est enfin !]]> https://www.class40.com/?titre=transat-jacques-vabre-2013-on-y-est-enfin-&mode=actualites&id=3585 Mon, 28 Oct 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=transat-jacques-vabre-2013-on-y-est-enfin-&mode=actualites&id=3585 Cette 11ème édition qui marque les 20 ans de la Transat Jacques Vabre s’annonce mythique : un évènement de classe international, un parcours unique, un plateau d’exception regroupant les plus grands noms de la voile, des voiliers d’ancienne génération et d’autres bénéficiant des dernières innovations technologiques, bref ça va être du grand spectacle en mer comme à terre et nous y sommes enfin, la Transat Jacques Vabre 2013 est lancée ! Une fois de plus, la Class40 fait belle figure parmi la flotte des 44 bateaux. Ils seront 26 duos à la représenter en coupant la ligne et en parcourant la route historique qui fait le lien entre la France et les terres de cafés. Des beaux palmarès. Les 26 duos inscrits forment une flotte de haut niveau. Après une saison riche en évènements, on trouve un favori qui sort des rangs, le team du Mach40 GDF SUEZ skippé par le lorientais Sébastien Rogues. Il signe 5 victoires consécutives cette saison. Des victoires dues, bien sûr, à un bateau puissant. Mais celui-ci ne fonctionnerait pas si bien sans une parfaite maitrise de son skipper et de ses équipiers, à l’image de son co-skipper pour la transat, Fabien Delahaye, qui n’est plus à présenter dans le milieu. Mais la victoire est loin d’être acquise, d’autres duos font figure de favoris. Le dernier vainqueur de cette épreuve, Yannick Bestaven, revient défendre son titre toujours sur la même monture. Il est accompagné cette fois-ci d’un champion également, mais dans une autre discipline, Aurélien Ducroz, qui s’est illustré dans le ski freeride. Il ne faut pas oublier non plus le vainqueur du championnat Class40 de l’année passée, l’Allemand Jörg Riechers, qui reste un candidat sérieux à la victoire. Suite à une saison partagée entre les circuits Mini 6.50, Class40 et Imoca, il s’aligne sur son Mach40 secondé par Pierre Brasseur avec qui il a remporté la Normandy Channel Race en avril dernier. L’incontournable couple à bord de Campagne de France, Halvard Mabire et Miranda Merron, reste également à l’affut du titre. Malgré une saison à côtoyer les podiums sans victoire, leurs innombrables transats et tours du monde pourraient être la clef pour rafler la victoire sur un parcours aussi long et exigeant. Enfin, à bord du Tyker 40 Évolution 3 Dunkerque – Planète Enfants, l’expérimenté Bruno Jourdren et le vainqueur de la Route du Rhum 2010, Thomas Ruyant, ont des arguments pour faire parler d’eux sur cette édition. Ils seront aussi de la partie. Une flopée d’outsiders pouvant créer la surprise viennent également souligner à quel point cette édition risque d’être passionnante. Un autre vainqueur sera présent parmi les rangs des Class40. L’architecte Sam Manuard, premier en Multi 50 lors de l’édition 2011, sera à bord de Bet1128 et secondera l’italien Gaetano Mura, un sacré duo qui a démontré son potentiel sur Les Sables-Horta cet été, à surveiller.Il faudra se méfier de l’amatrice Catherine Pourre et de l’excellent marin Goulven Royer à bord d’Eärwen. Ils ont été la grande surprise de la saison, notamment sur Les Sables-Horta en accrochant une superbe 2nd place.Idem pour le duo de sportifs de haut niveau, Victorien Erussard et Thibaut Vauchel Camus, qui comptent bien ne pas relâcher la pression sur cette épreuve phare.Les teams Caterham Challenge et ERDF – Des Pieds et Des Mains sur leurs Akilaria RC3, les anglais de Concise 8 sur le Forty 1 Design, les espagnols sur un plan Botin et les autrichiens sur une nouvelle production du cabinet d’architecte Humphreys Design débarquent avec des bateaux flambant neuf. S’il ne s’agissait que des machines… or, leurs skippers ont des arguments à faire valoir sur l’eau.Avec une belle performance lors du Record SNSM, la paire Fabrice Amedeo et Armel Tripon peut nourrir des espoirs pour venir titiller le podium.Les habitués du circuit sont aussi au rendez-vous, Jean-Edouard Criquioche et Denis Van Weynbergh sur Proximedia – Sauvez Mon Enfant ainsi que Jean-Christophe Caso et Aymeric Chappellier sur Groupe Picoty pourraient venir jouer les troubles fêtes. Un plateau varié. À l'image de l'Association Class40, la Transat Jacques Vabre rassemble une flotte de skippers internationaux. 9 pays seront représentés lors de cette édition 2013 : la France (34), le Royaume-Uni (6), l’Italie (3) dont le duo Stefano Raspadori et Pietro D’Ali sur Fantastica, l’Australie (2) avec le couple Michelle Zwagerman et Patrick Conway sur Croix du Sud, l’Espagne (2) avec Alex Pella et Pablo Santurde sur Tales Santander 2014, l’Autriche (2) avec Christof Petter et Andreas Hanakamp, l’Allemagne (1), les États-Unis (1) et la Belgique (1).À noter que seule la Class40 compte parmi ses rangs des équipages mixtes (5) tel que le duo américano-britannique Hannah Jenner et Rob Windsor sur 11TH Hour Racing ainsi que le tandem Louis Duc et Stéphanie Alran sur Phoenix Europe.Un plateau varié également en termes de génération, sur April Deltacalor, jeunesse et expérience feront la paire. Le plus jeune des concurrents de cette édition 2013, Tim Darni (19 ans) sera associé à l’expérimenté Lionel Régnier.La Class40 ne failli pas à sa réputation : on y trouve aussi bien des professionnels que des amateurs. Par exemple les skippers sur Marie Galante, Mr Bricolage et Obportus 3 n’ont pas vocation à faire de la course au large leur métier. Ainsi que sur Ecoelec et Matouba où professionnalisme et amateurisme s’allient. Un parcours unique et exigeant. Jamais les organisateurs de la Transat Jacques Vabre n’ont proposé un parcours aussi long et difficile. Les marins devront parcourir 5 400 milles pour rallier la ville d’Itajaí au Brésil depuis Le Havre, soit environ 3 semaines à un mois de navigation pour les Class40. Un parcours qui leur réserve des passages mythiques mais aussi truffés de pièges, où la tactique sera un élément clef pour en sortir indemne au classement. La sortie de Manche, la traversée du golfe de Gascogne et de l’anticyclone des Açores, le passage du Pot au Noir et de l’Équateur pour terminer par la descente le long des côtes Brésiliennes seront à négocier avec rigueur. Une grande fête à terre. Les villes du Havre et d’Itajaí ont à cœur de proposer au grand public un évènement unique à la hauteur de cette Transat. Au départ comme à l’arrivée l’ambiance sera festive, animée par un programme varié :    À voir sur le village de la course au Havre : - 25 octobre, 12h00 : heure limite d’arrivée des bateaux au Havre - 26 octobre : inauguration du village de la Transat Jacques Vabre - 26 octobre, 19h00 : présentation officielle des équipages - 26 et 27 octobre : Régate exhibition Virtual Regatta Inshore - 2 novembre, 20h00 : feu d’artifice - 3 novembre, 9h00 : sortie des bateaux - 3 novembre, 13h02 : départ de la 11ème Transat Jacques Vabre   L’arrivée à Itajaí, Brésil : - Prévision d’arrivée : 3e semaine de novembre - Un village présentant les traditions musicales, la gastronomie locale, les actions des associations de développement durable, avec un centre de tri directement installé sur le village, ainsi que de nombreuses animations.  [Lire la suite]]]> <![CDATA[Bientôt la transat]]> https://www.class40.com/?titre=bientot-la-transat&mode=actualites&id=3216 Tue, 20 Aug 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=bientot-la-transat&mode=actualites&id=3216 L'avant-dernière course de la saison vient de s'achever. Place aux derniers préparatifs avant la transat Jacques Vabre.   Après trois de jours de course intense, 17 Class40 sont arrivés au port de Plymouth le week-end du 15 août. Parfois dans un mouchoir de poche, tels Rune Aasberg (Solo) qui devance l’Akilaria d’Olivier Magré (Palanad 2) de 36 courtes secondes, mais tous en moins de 18h. Sébastien Rogues et ses équipiers (Fabien Delahaye, Arthur le Vaillant et Bertrand Castelnérac) ont bataillé dur contre le nouveau Class40 de Gonzalo Botin (Tales II) et ont réussi à hisser GDF SUEZ sur la plus haute marche du podium, 20 minutes devant l’équipage espagnol. Le nouveau plan Humphreys, mené par l’équipage autrichien d’Andreas Hanakamp complète le trio de tête de cette superbe édition, talonné par Bruno Jourdren (Lord Jiminy) et Mathias Blumencron (Red) qui signe là une très belle course, après sa 4ème place sur Les Sables-Horta en juillet. Un abandon à déplorer parmi la flotte des Class40, celui du JPK Obportus 3 d’Olivier Roussey, survenu en tout début de course.   Le Mondial 2013 ayant été annulé, faute d'un nombre suffisant de participants, Gonzalo Botin reste champion en titre pour une année supplémentaire. Les Class40 se concentrent maintenant vers l’ultime épreuve de la saison, la transat Jacques Vabre, course en double qui mènera les quelques 25 Class40 déjà inscrits du Havre à Itajai, soit 5395 milles sur l’Atlantique, avec un passage obligatoire de l’équateur… et du tant redouté Pot au Noir.   D’ici le 3 novembre, les skippers auront fort à faire. A l’image de Ned Collier-Wakefield qui attend avec impatience la mise à l’eau de son tout nouveau Forty1Design, premier du nom. Ned et son coskipper Sam Goodchild exploiteront au maximum les quelques semaines qui séparent la mise à l’eau du bateau du départ de la transat Jacques Vabre pour prendre en main le voilier. Cas similaire pour un autre duo Britannique, Mike Gascoyne et Brian Thomson, dont l’Akilaria RC3 navigue depuis quelques jours seulement. D’autres équipages ayant acquis récemment un Class40 continuent de découvrir leur nouvelle monture: Bertrand Guillonneau et Sébastien Audigane sur le plan Owen/Clarke n°79 rebaptisé Matouba, ou Denis Van Weynbergh et Jean-Edouard Criquioche sur le Mach40 n°104 Proximedia.   A l’issu de cette ultime course du calendrier, le Champion Class40 2013 sera enfin connu. GDF SUEZ, encore invaincu cette année (exception faite de son abandon sur la Normandy Channel Race), est en tête du classement, talonné de très près par Campagne de France. Quel que soit le résultat, le plateau international et très diversifié des Class40 sur la Transat Jacques Vabre offrira de beaux moments aux passionnés des courses à la voile.[Lire la suite]]]> <![CDATA[Rolex Fastnet Race]]> https://www.class40.com/?titre=rolex-fastnet-race&mode=actualites&id=3196 Sat, 10 Aug 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=rolex-fastnet-race&mode=actualites&id=3196 "La Rolex Fastnet Race, organisée par le RORC, est a plus grande course à la voile offshore du monde. La flotte de 347 bateaux, dont 20 nations, met les voiles ce dimanche 11 août . C'est la première fois qu'autant de bateaux sont réunis sur cette course bisannuelle de 611-mile entre Cowes et Plymouth via le Fastnet, phare au large du sud-ouest de l'Irlande."   Parmi ces centaines de bateaux, 18 Class40 de différents horizons et niveaux de compétition, la plupart en entrainement pour la transat Jacques Vabre.   Infos et cartographie : http://fastnet.rorc.org[Lire la suite]]]> <![CDATA[Mondial 2013 : changement de programme]]> https://www.class40.com/?titre=mondial-2013--changement-de-programme&mode=actualites&id=3193 Mon, 05 Aug 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=mondial-2013--changement-de-programme&mode=actualites&id=3193 Face aux 6 bateaux inscrits les organisateurs ont préféré, pour des raisons financières, annuler l'épreuve.Toute la logistique maritime étant en place, à la demande des concurrents, le Royal Western Yacht Club a décidé malgré tout de maintenir un évènement sur 4 jours, comme prévu, pour les bateaux engagés.Même si le titre de "Champion du monde", détenu par Gonzalo Botin et son équipage, ne sera pas défendu cette année, les Class40 sauront batailler comme il se doit sur le plan d'eau britannique.Liste des inscritsFRA88 - Eärwen (C. Pourre)GBR90 - 40 Degrees (H. Jenner)GBR93 - Momentum Ocean Racing (E. Creighton)ESP123 - Santander 2014 (G. Botin)FRA124 - Al Bucq (A. Lower)AUS125 - Vaquita (C. Petter)[Lire la suite]]]> <![CDATA[Retour sur l'édition 2013 des Sables - Horta]]> https://www.class40.com/?titre=retour-sur-l-edition-2013-des-sables---horta&mode=actualites&id=2970 Fri, 26 Jul 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=retour-sur-l-edition-2013-des-sables---horta&mode=actualites&id=2970 Indécise, fertile en rebondissements, cette édition 2013 des Sables – Horta – Les Sables a franchi un cran en terme de niveau sportif. Des équipages de haut vol, quelques belles surprises, un port de départ et d’arrivée mythique, un accueil d’exception aux Açores, tous les ingrédients étaient réunis pour faire que cette quatrième édition prenne une nouvelle dimension.   La course démarre le jeudi 4 juillet sur un tempo plutôt paresseux. Le vent est aux abonnés absents et les concurrents peinent à se dégager, dans un golfe de Gascogne dont on ne compte plus les trous d’air. Si le vent somnole, les équipages sont, a contrario, contraints de veiller en permanence pour traquer les risées. Et le 5 juillet, un petit quatuor emmené par Gateano Mura et Samuel Manuard (BET 1128) mène la danse. Les favoris ne sont pas loin et rapidement GDF SUEZ et Mare vont prendre les commandes de la course. Mais ils sont talonnés par quelques équipages qui émergent du lot, comme Catherine Pourre et Goulven Royer (Eärwen) ou bien encore Louis Duc et Stéphanie Alran (Phoenix Europe Carac)   Un Finisterre pour gros bras A compter du samedi 6, ça se corse. Petit à petit le vent rentre et les Class40 commencent à débouler à grande vitesse sur une mer qui tend à se creuser. A ce petit jeu, l’expérience parle. A bord de GDF SUEZ et Mare, on trouve deux équipages professionnels. Sébastien Rogues s’est adjoint les services d’Armel Tripon, ancien vainqueur de la Mini-Transat et habitué du circuit Figaro, quand Jörg Riechers a fait appel à une des plus fines barres de la planète voile, en la personne de Sébastien Audigane. Le jeu consiste à descendre suffisamment près de la côte pour tenter de bénéficier des bonnes veines de vent, sans pour autant venir raser les falaises de Galice, où l’état de la mer et l’instabilité du vent peuvent vite provoquer des situations scabreuses. Derrière ce tandem, pointe l’équipage d’Eärwen qui a choisi une trajectoire plutôt nord, mais qui a su placer judicieusement ses empannages. Goulven Royer et Catherine Pourre s’empare de la troisième place au nez et la barbe de quelques ténors comme Halvard Mabire et Miranda Merron (Campagne de France) ou bien encore Jean-Christophe Caso et Aymeric Chappellier (Groupe Picoty).   Route directe  avant pétole Une fis le cap Finisterre dans le sillage, les conditions météo deviennent franchement plus maniables et c’est en rangs serrés que la flotte progresse vers l’archipel des Açores. Pendant deux jours, les positions varient peu. Tout le monde progresse à bonne allure sous spinnaker jusqu’à la nuit du 9 au 10 juillet qui va tourner au cauchemar pour certains concurrents. Aux abords des îles, le vent tombe brusquement et la flotte n’avance plus qu’au gré de risées éparses. C’est la nouvelle lune et la nuit est d’encre. Dans ces conditions piégeuses GDF SUEZ parvient à s’échapper et remporte l’étape le 10 juillet à midi, malgré un final asthmatique dans un vent proche du zéro. Mare limite les dégâts en s’appropriant la deuxième place à un peu plus d’une heure et demie du leader. Eärwen bouscule les pronostics et les a priori en prenant la troisième place après avoir osé la traversée du canal entre Pico et Sao Jorge, un passage d’habitude plus synonyme de punition que de victoire. A bord de Campagne de France, Halvard Mabire et Miranda Merron ont joué la carte de la prudence en passant sagement au nord de l’archipel. Au final, ils concèdent près de trois heures et trente minutes à Catherine Pourre et Goulven Royer et sept heures au vainqueur de l’étape.   Escale à géométrie variable Derrière eux, les arrivées se succèdent en rafale, dans un vent un peu plus soutenu. Cinquièmes, Mathias Blumencron et Axel Strauss (Red), font le trou sur un peloton groupé composé de BET1128, Phoenix Europe Carac, Groupe Picoty, Solidaires en Peloton, Mr Bricolage et Marie-Galante. Tous ces bateaux se tiennent en un peu plus de deux heures, témoignant de l’âpreté de la bagarre. A bord de Groupe Picoty, Jean-Christophe Caso et Aymeric Chappellier font grise mine. La nuit précédente, ils étaient, dans la pétole,  bord à bord avec les Allemands de Red, quand ils ont vu leur adversaire partir à la faveur d’une risée et s’éloigner inexorablement. Avec au final, un débours de plus de cinq heures. Le dernier concurrent à franchir la ligne sera l’équipage de Croix du Sud. Michelle Zwagerman et Patrick Conway, un peu plus de 24 heures avant le départ de l’étape retour. Les charmes des Açores resteront avant tout maritimes pour le couple australien.   La longue route Dimanche 14 juillet, à 17h02 (GMT), la flotte prend le chemin du retour. Enfin presque… puisque les premiers bords les emmènent cap au nord-ouest, c’est à dire à 90° de la route. Une dorsale anticyclonique barre la route directe et les tandems se préparent à faire un grand détour  pour la contourner. La flotte navigue relativement groupée et la hiérarchie met du temps à se mettre en place, à l’exception de l’équipage de GDF SUEZ qui, en l’espace d’une nuit, parvient à creuser un petit écart d’une dizaine de milles. Les deux coéquipiers ont parfaitement géré une transition sous grand gennaker à la limite de la puissance du bateau et ont réussi à faire la différence. A bord Fabien Delahaye a remplacé Armel Tripon et va se révéler le maitre stratège qui propulsera le bateau jaune et gris vers une deuxième victoire d’étape. Il faudra attendre quatre jours pour voir les premiers équipages tenter de traverser cette dorsale quand d’autres opteront pour le grand tour. Certains concurrents comme La Belle Equipe ou Mr Bricolage infléchiront leur route à quelques cinquante milles à peine du célèbre phare du Fastnet, à la pointe sud-ouest de l’Irlande.   Manche gagnante Au large de l’entrée de la Manche, la flotte doit néanmoins tirer des bords pour redescendre vers les côtes françaises. Et c’est le 20 juillet, que se joue la deuxième étape. Le vent tourne à l’est et plusieurs concurrents sont alors tentés de faire route au sud-est, le bord étant le plus rapprochant vers l’arrivée. C’est le moment que choisit GDF SUEZ pour repartir, dans un bord au nord-est, vers la côte anglaise. C’est le bon choix. Les deux compères gardent de la pression et avancent à bonne vitesse. Quand ils décident de repartir vers le sud-est, leur route les mène vers la pointe de la Bretagne. En arrivant près de la côte, ils bénéficient des effets de site à l’entrée de la Manche et continuent de garder du vent quand leurs concurrents plus au large s’engluent dans des molles. Le dimanche 21 juillet, le leader possède plus de 40 milles d’avance des tenants de l’option sud. Sur une route nord, mais un peu moins radicale, Eärwen, BET 1128, Solidaires en Peloton et Phoenix Europe Carac tirent aussi leur épingle du jeu. A bord de Mare, le podium est en danger. Le lundi 22 juillet, alors que GDF SUEZ n’est plus qu’à une dizaine de milles de la ligne d’arrivée, Mare signifie son abandon et décide de rentrer sur Lorient. Jörg Riechers a un programme chargé à suivre et craint de ne pouvoir être dans les délais pour ses navigations à venir. Il reste que cette décision provoque l’incompréhension d’une grande partie des équipages. L’occasion faisant le larron, c’est Eärwen qui prend la deuxième place au terme d’une navigation, une fois de plus, pleine de maîtrise. BET 1128 prend la troisième place, suivi par Solidaires en Peloton. Victorien Erussard et Thibault Vauchel-Camus découvraient le Class40 : ils ont payé leur inexpérience durant la première étape mais ont démontré sur la seconde qu’ils apprenaient vite, très vite. Suivront Phoenix Europe Carac puis Mr Bricolage. Cette étape est un peu une revanche sur les déconvenues de l’aller, même si elle ne modifiera pas grand-chose au classement final, compte tenu des écarts aux Açores. A bord de Campagne de France, Halvard Mabire et Miranda Merron finisse septième après avoir passé de longues heures empétolés sur une route sud. Mais leur ténacité paiera, puisqu’ils sauveront leur troisième place sur le podium. C’est bien à la fin de la foire qu’il faut compter les bouses…   PFB[Lire la suite]]]> <![CDATA[Direction les Açores pour la flotte des Class40]]> https://www.class40.com/?titre=direction-les-acores-pour-la-flotte-des-class40&mode=actualites&id=2953 Mon, 28 Oct 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=direction-les-acores-pour-la-flotte-des-class40&mode=actualites&id=2953 Jeudi 4 juillet 2013, à 19h02, une flotte de 19 Class40 s’élancera à travers le Golfe de Gascogne, à la découverte (ou redécouverte) du magnifique archipel des Açores. Mais avant de pouvoir découvrir cette destination de rêve, les participants de cette 4ème édition vont devoir composer avec une flotte de haut niveau et un parcours tactique qui comporte de nombreux pièges. Un parcours exigeant Les skippers vont s’affronter sur un parcours technique et varié de 2 540 milles où les conditions météorologiques peuvent changer du tout au tout, d’une édition à une autre. Si les régimes de nord-est s’installent en restant suffisamment puissants, l’affaire peut être bouclée en cinq jours à peine. À l’inverse si un régime dépressionnaire s’installe sur l’Atlantique, la route peut se transformer en un long purgatoire. Un parcours qui exige une concentration maximale jusqu’à l’arrivée, ce que connaissent très bien Jean-Christophe Caso et Aymeric Chappellier, pour avoir rejoint le port d’Horta à la voile à plusieurs reprise : « Sur les 150 à 200 derniers milles, avant l’arrivée sur les Açores, il faudra est très vigilant. Cette dernière portion du parcours est particulièrement délicate à négocier à cause des dévents causés par les îles et les effets de site autour de l’archipel... Il y a souvent des rebondissements à l’arrivée ! ». Bref, une bonne étude des fichiers météos et une préparation tactique détaillée avant le départ, est essentielle aux marins pour espérer côtoyer les podiums. Les meilleurs spécialistes de la classe L’incertitude météo fait aussi partie du sel de cette course. Le nombre de récidiviste en est bien la preuve. On aura le plaisir de retrouver pas moins d’une dizaine de connaisseurs du parcours. Tel que le local de l’épreuve, Lionel Régnier, les rochelais Jean-Christophe Caso, Stéphanie Alran et Olivier Grassi, le duo Patrice Bougard / Gilles Dadou ou encore le marin normand Christophe Coatnoan, pour ne citer qu’eux. Cette édition sera aussi celle du retour des champions. Aymeric Chappellier du Groupe Picoty en est le récent vainqueur l’été dernier en Mini 6.50. Ainsi que Stéphane Le Diraison en Class40 qui l’avait emporté sur Yannick Bestaven de 25 secondes seulement en 2011. Une revanche dans la course ? Nul doute que les deux skippers auront fort à faire pour résister au tandem Halvard Mabire / Miranda Merron, Jörg Riechers / Sébastien Audigane ou bien encore le surprenant duo Victorien Erussard / Thibaut Vauchel-Camus. Sébastien Rogues, qui a fait le plein de confiance après ses trois victoires consécutives, s’associe aux expérimentés Armel Tripon (aller) et Fabien Delahaye (retour), bref encore du costaud ! Comme à chaque édition, la course reste fidèle à l’esprit Class40 en proposant un plateau international (7 nationalités différentes) parmi lesquelles le Sarde Gaetano Mura associé à Samuel Manuard, le duo Australien Michelle Zwagerman / Patrick Conway, ou encore le couple américano-britannique Emma Creighton / Dan Dytch, représenteront leur pays. Course fidèle de l’esprit Class40 également par son plateau équilibré entre coureurs professionnels et amateurs. Une bonne moitié de la flotte peut prétendre au podium quand les autres viendront dans l’espoir de créer la surprise et surtout de naviguer proprement, de se faire plaisir en respectant les fondamentaux de la course au large : persévérance, ténacité et dépassement de soi. Une destination à fort caractère maritime Un lieu réputé de par son anticyclone mais finalement peu connu du grand public. Et pourtant, quand on écoute les histoires océaniques racontées par les marins, on ressent toute l’envergure maritime historique que prend cet archipel. Devenu aujourd’hui une place forte de la course au large moderne, si l’archipel des Açores est autant apprécié des navigateurs, c’est avant tout grâce à son fort caractère maritime. Des îles chargées d’histoires avec une vraie signification sur le plan des routes océanique à la voile. Ces terres au beau milieu de l’Atlantique offrent des paysages volcaniques exceptionnels. On y retrouve des climats tempérés, souvent pluvieux, qui favorisent le développement d’une flore d’une extraordinaire richesse, notamment grâce à son positionnement entre deux continents. Les marins en escale peuvent jouir de la gentillesse et de l’hospitalité inouïe des locaux. Entre la visite de l’île, l’ascension du volcan Pico et l’ambiance du Peter’s Cafe Sport, une réelle complicité se crée sur les pontons comme en témoignent les éternelles fresques dessinées par les passants en escale, sur les digues de la marina. Rendez-vous au public vendéen Tous ces bateaux de course sont présents aux Sables d’Olonne et visible au public depuis le dimanche 30 juin au ponton du Vendée Globe à Port Olona. Les skippers sont conviés à une réception à l’Hotel de Ville le lundi 1er juillet au soir. Les sablais auront du spectacle vu du remblai l’après-midi du mercredi 3 juillet à l’occasion du prologue de l’évènement. Enfin le départ, moment tant attendu, sera donné le jeudi 4 juillet à 19h02 avec une traversée du chenal et une présentation sonorisée des tandems à partir de 17h. La tête de la flotte est attendue aux Açores à partir du mercredi 10 juillet avec une remise des prix prévue le samedi 13. Les tandems prendront la direction du retour le dimanche 14 juillet au large de la marina d’Horta. L’arrivée des Class40 en Vendée est estimée à partir du vendredi 19 juillet avec une remise des prix fixée pour l’instant au dimanche 21 juillet. Pour suivre la flotte des Class40 rendez sur le site officiel de la course www.lessables-horta.com. L’actualité de la course est également à suivre sur la page Facebook et le compte Twitter de la Class40. [Lire la suite]]]> <![CDATA[Record SNSM, une 9ème édition sur les chapeaux de roues]]> https://www.class40.com/?titre=record-snsm-une-9eme-edition-sur-les-chapeaux-de-roues&mode=actualites&id=2945 Wed, 26 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=record-snsm-une-9eme-edition-sur-les-chapeaux-de-roues&mode=actualites&id=2945 Les voiliers de la 9ème édition du Record SNSM se sont élancés dimanche soir peu après 17h devant la ville de St Nazaire. 10 Class40 ont coupé la ligne de départ et sont partis tambour battant sur un parcours finalement réduit à 180 milles (au lieu de 230), dans un flux de nord-ouest de 25-30 nœuds et une mer formée. Pour ne rien gâcher, le soleil était aussi de la partie pour saluer les équipages qui ont composé avec des conditions variées sur ce nouveau parcours au départ et à l'arrivée de Saint Nazaire, via Quiberon, Hoëdic, Belle Île, Yeu et Noirmoutier. Le Class40 « Phoenix Europe-Carac » de Louis Duc et Stéphanie Alran a dû rapidement jeter l'éponge suite à une collision avec un autre Class40, « Norma Concept TW ECO ». Plus de peur que de mal. L’incident ne remet pas en cause la participation aux Sables-Horta du n°65.Une édition rapide, puisque les voiliers se sont élancés dimanche soir après 17 heures, et que les trois premiers Class40 ont terminé leur parcours entre les îles un peu plus de 24 heures plus tard. Dans des conditions météos difficiles, avec un fort vent de nord-ouest, et surtout une mer très formée, les équipages ont été mis à rude épreuve, comme le racontait à l’arrivée Miranda Merron, co-skipper du Class40 Campagne de France :« Un départ assez musclé, tout le monde était trempé, il y avait pas mal de bords à tirer (matossage inclus dans l'offre - ceci dit, nous courons à 4 donc, gâtés avec l'assistance), des hauts fonds à éviter ou à effleurer... Nous avons eu un peu de répit pendant quelques milles sous spi après la bouée Sud Quiberon au milieu de la nuit, suivi à nouveau de près pour contourner Belle Île. Enfin la récompense avec le long bord jusqu'à l'Ile d'Yeu : spi, soleil, bateau et équipage en train de sécher, et diner lyophilisé pour le petit déjeuner... ».L’équipage de GDF-SUEZ, skippé par Sébastien Rogues, l’a emporté avec une belle avance sur ses concurrents après avoir mené la flotte du début à la fin. Il a coupé la ligne mouillée aux abords du pont de Saint-Nazaire peu après 24 heures et 10 minutes de course à 7,55 nœuds de moyenne. Après ses succès sur le Grand Prix Guyader et l’ArMen Race, c’est une troisième victoire d’affilée de bon augure pour le jeune skipper Lorientais dont l’objectif principal reste la Transat Jacques Vabre en fin d’année.« Dès le coup de canon donné, ça a été la bataille dans notre classe. On s’est bien amusé sur la remonté, à faire des virements de bord dans 20-30 nœuds avec des rafales à 35, le long des côtes du Croisic et de La Baule. C’était d’autant plus intéressant pour nous car le bateau est tout neuf, c’était sa première sortie dans 35 nœuds, on est content, le bateau a tenu et on a pu commencer à regarder son comportement dans ce type de condition. On a passé une super course, on s’est bien amusé et on a gagné, c’est génial ! » Raconte Sébastien à l’arrivée. Avec un chrono de 1 jour et 1 heures c’est  Geodis (mené par le duo Amedeo/Tripon et leur équipage) qui vient ravir la seconde place de l’épreuve, acquise dans la douleur comme nous le raconte Fabrice Amedeo à son arrivée : « C’est la première fois que nous terminons devant Halvard Mabire et Miranda Merron, références du circuit Class 40. C’est donc une satisfaction. Voilà une belle deuxième place acquise dans la douleur car je me suis luxé l’épaule en faisant une manœuvre à l’avant du bateau. J’ai réussi à la remettre mais je vais évidemment chez le médecin. Et puis, Pascal Alain, notre maître – voilier – équipier s’est vraisemblablement fait une entorse au genou. Les conditions de navigation ont été musclées hier et pour le début de ce record SNSM. Nous étions groupés. C’est cette nuit que nous avons réussi à prendre l’avantage sur les Class40 d’Halvard Mabire et Bruno Jourdren. Ensuite, nous avons contrôlé malgré la pression constante de nos adversaires ». Campagne de France (Mabire/Merron et leurs deux équipiers) complète le podium avec seulement 8 minutes d’écart sur le 2ème. Comme à leurs habitudes, les Class40 ont proposé du spectacle jusqu’à la dernière seconde. C’est le cas pour les équipages à bord de SETTI Ltd et d’Ecoelec qui se sont battus tel un Match Race de fin de course pour couper la ligne avec 40 secondes d’écart. Ils enregistrent ainsi des chronos respectivement de 1j 08h 40min 15sec et de 1j 08h 41min 05sec pour se positionner 7ème et 8ème de la flotte des Class40.À noter aussi l’abandon de Damien Seguin, sur ERDF-Des Pieds et Des Mains, dès le premier soir vers 23h00 après avoir talonné au niveau de la Chimère en baie de Quiberon. Le skipper nantais et son équipage ont fait route vers La Trinité sur Mer.Tous les classements et chronos complets sont à découvrir ici  [Lire la suite]]]> <![CDATA[Les Class40 à St Nazaire pour soutenir les sauveteurs en mer]]> https://www.class40.com/?titre=les-class40-a-st-nazaire-pour-soutenir-les-sauveteurs-en-mer&mode=actualites&id=2880 Mon, 24 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=les-class40-a-st-nazaire-pour-soutenir-les-sauveteurs-en-mer&mode=actualites&id=2880 Comme depuis le début de la saison, les membres de l’Association Class40 n’ont pas pu résister à l’appel du large et répondent une fois de plus présent pour s’affronter lors de cette course du calendrier officiel, le Record SNSM. Née d’une initiative de soutient envers la Société Nationale des Sauveteurs en Mer, cette épreuve regroupe tous les grands supports de la course au large : G-Class, Imoca, Multi 50, Multi 2000, Class40 ou autres IRC. En 2013, le Record SNSM invite aussi d'autres pratiquants de sports nautiques, les rameurs et les voiles légères, à venir se mêler à cette grande fête de la sécurité sur un parcours de 7 milles en direction de la plage de Saint-Marc.Pour cette 9ème édition, les figures fortes de la Class40 seront présentes pour naviguer sur une boucle de 230 milles entre Saint-Nazaire et Sainte-Marine (Bénodet) via l’île d’Yeu. S’aligneront sur la ligne de départ des équipages tels que Campagne de France (101) et son duo très expérimenté Halvard Mabire et Miranda Merron accompagné pour l’occasion de Brieuc Maisonneuve ; Sébastien Rogues et son équipage à bord de GDF SUEZ (130), déjà vainqueur cette année du Grand Prix Guyader et de l’Armen Race, ou encore l’inséparable tandem Fabrice Amedeo et Armel Tripon sur Geodis (81). On peut s’attendre à ce que Lord Jiminy (119), ERDF-Des Pieds et Des Mains (111), Phoenix Europe-Carac (65) et Deltacalor (105) jouent également les avant-postes de la flotte. Quelques équipages moins expérimentés tenteront de créer la surprise : c’est le cas d’Eric Darni en recherche d’expérience à bord d’Ecoelec (10), d’Antoine Michel sur son Class40 vintage SETTI Ltd (57) ou encore La Belle Équipe II (55) de Bruno Retzelny. La Class40 aura aussi le plaisir de compter parmi ses rangs un champion dans son domaine, le montagnard au pied marin, double Champion du Monde de ski Freeride, Aurélien Ducroz skipper de Latitude Neige/Longitude Mer (30). Aurélien retrouve avec plaisir ce bateau sur lequel il a déjà traversé l’Atlantique lors de la dernière édition de la Québec-St Malo.La SNSM a donné rendez-vous au public dès le vendredi 21 juin au bassin de Saint-Nazaire pour admirer les magnifiques voiliers et vous invite le dimanche 23 pour assister au départ de l’épreuve. Il sera aussi possible de suivre la course directement sur le site web et les réseaux sociaux officiels (Facebook & Twitter) du Record SNSM.[Lire la suite]]]> <![CDATA[Bodacious Dream remporte l’Atlantic Cup 2013]]> https://www.class40.com/?titre=bodacious-dream-remporte-latlantic-cup-2013&mode=actualites&id=1587 Mon, 17 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=bodacious-dream-remporte-latlantic-cup-2013&mode=actualites&id=1587 À Newport, le Class40 118, Bodacious Dream (USA), skippé par Dave Rearick et Matt Scharl, s’est accroché à la première place du classement général de l’Atlantic Cup 2013 après un week-end intense d’Inshores Races. Coté météo, le vent soufflant jusqu’à 20 nœuds avec des rafales à 30 nœuds, a rendu les deux jours d’Inshores Races en baie de Narragansett assez difficiles. Icarus Racing (116) a dominé les Inshores Series en remportant trois des cinq courses, terminant deuxième dans les deux autres, confortant ainsi sa troisième place au classement général. Bodacious Dream a été tout aussi impressionnant durant les courses offshores, surclassant la flotte pendant l’étape 1 (Charleston, Caroline du Sud à New York) et l’étape 2 (New York à Newport, RI). Bodacious Dream a terminé avec un total de 51 points sur les deux étapes offshores et les parcours Inshores en baie de Narragansett. Lecoq Cuisine (121) obtient quant à lui un total de 45 points. Dave Rearick, co-skipper de Bodacious Dream: « Nous sommes ravis. Nous voulions vraiment gagner la course et faire de bons résultats dans les Inshores Series ... aujourd'hui était un peu un défi avec les vents forts, mais nous avons réussi à tenir le coup. Évidemment Lecoq Cuisine était notre principal concurrent et nous voulions vraiment faire mieux qu’eux, ce que nous avons réussi aujourd'hui, c’était formidable. »   Pour la suite de l’actualité des Class40, retour en Europe. Avec tout d’abord début juin une course en Angleterre, la Round the Island Race autour de l’île de Wight. Six équipages représenteront l’Association Class40 sur cette course du calendrier promotionnel. Parmi eux nous retrouverons des habitués du circuit avec la Sud-Africaine Phillippa Hutton-Squire à bord de son fidèle Akilaria première génération, Phesheya Racing (23), ainsi que le couple de navigateurs Américano-Britannique, Emma Creighton et Dan Dytch, sur leur Akilaria RC2, Momentum Ocean Racing (93). Fin juin, direction St Nazaire du 21 au 25, où une jolie flotte de 12 équipages Class40 viendra soutenir l’action de la Société Nationale des Sauveteurs en Mer lors du Record SNSM édition 2013. Cette épreuve du calendrier officiel réunira les cadors du circuit sur un parcours St Nazaire-St Marine aller-retour. Effectivement, les teams tels que GDF SUEZ (130), Campagne de France (101), Geodis (81), Groupe Picoty (85), Lord Jiminy (119), Solidaire en Peloton (107) et bien d’autres encore, seront présents et prêts à en découdre. Damien Seguin, en attente de son tout nouvel Akilaria RC3, naviguera à bord du non moins performant Akilaria RC2 n°111, rebaptisé pour l’occasion « ERDF Des Pieds et Des Mains ».[Lire la suite]]]> <![CDATA[Bon départ pour l’Atlantic Cup 2013]]> https://www.class40.com/?titre=bon-depart-pour-latlantic-cup-2013&mode=actualites&id=446 Fri, 07 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=bon-depart-pour-latlantic-cup-2013&mode=actualites&id=446 Une flotte de 7 Class40 a coupé la ligne direction New-York puis Newport (Rhode Island) poussée par des vents de sud-ouest de 10-15 nœuds. Au programme, le parcours mènera les 7 équipages sous pavillon des États-Unis et d’Angleterre au port de Manhattan avec une arrivée estimée le mercredi 15 mai dans la matinée. Après une courte escale de 3 jours, la flotte dira au revoir à la statue de la liberté à 14h le samedi 18 mai pour continuer de remonter les côtes est-américaines en direction de Newport lors de la 2ème étape. Pour conclure cette édition 2013, les skippers devront garder leur concentration jusqu’au bout pour assurer un bon résultat lors des deux jours d’Inshore Races prévus les 25 et 26 mai en baie de Newport.C’est donc 7 équipages qui participent cette année à la seule course 100% Class40 du circuit américain dont 5 récidivistes de l’édition passée. Sans la présence des teams européens, c’est bien Dave Rearick à bord du 118, le Kiwi FC40 Bodacious Dream, à qui revient la place de favori suite à sa seconde position en 2012 derrière l’Allemand Jörg Riechers (Mare 115). Bien sûr il devra se méfier des équipages à bord de Gryphon Solo II (106), d’Icarus (116) et de Dragon (54) qui connaissent désormais le parcours. Peter Harding à bord du 90, 40 Degrees, revient sur cette course avec espoir cette fois-ci de pouvoir aller jusqu’au bout après son démâtage en baie de Charleston en 2012. Eric Lecoq, accompagné de l’expérimenté Conrad Colman, et à bord du flambant neuf 121 LeCoq Cuisine (Tyker 40 dernière génération) risque d’être un candidat redoutable avec pareille monture. Enfin, Pleiad Racing, l’Akilaria numéro 39 va tenter de rivaliser avec ses confrères plus récents. Toutes les infos sur le site officiel. Pour suivre la course rendez-vous sur le Page Facebook, le compte Twitter et la cartographie.[Lire la suite]]]> <![CDATA[Sous le soleil de Douarnenez]]> https://www.class40.com/?titre=sous-le-soleil-de-douarnenez&mode=actualites&id=374 Fri, 07 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=sous-le-soleil-de-douarnenez&mode=actualites&id=374 Comme on dit, le meilleur partenaire d’une course, c’est le beau temps. Et quel temps sur cette édition 2013 ! Les rayons du soleil auront réfléchi sur les voiles des magnifiques bêtes de course présentes durant ces quatre jours de festivité à la cité Penn Sardin. Un temps parfait, enfin presque : c’était sans compter sur les caprices de notre bon vieux Éole. Les participants auront effectivement souffert du manque de vent, ne pouvant pas exploiter au maximum le potentiel de leurs montures sur les épreuves de dimanche et lundi. À terre, le public s’est déplacé en masse et en famille pour profiter du beau temps, des animations au village de Treboul et du spectacle sur la digue du Rosmeur. Durant quatre jours, bateaux de course au large, M34, Dragon, Kitesurf, Pen Duick, etc. se sont entrecroisés sur ce magnifique plan d’eau, enchainant régates côtières et runs de vitesse. Un regroupement exceptionnel de voileux, parmi lesquels étaient réunis les meilleurs de chacune des catégories.Côté Class40, ils auront bataillé jusqu’au bout pour se départager et trouver un vainqueur. C’est finalement l’équipage de Sébastien Rogues embarqué à bord du Mach40 GDF SUEZ (130) qui s’impose après 8 manches disputées. Un Grand Prix qui aura permis de tester le potentiel de ce nouveau bateau, il ne reste plus qu’à le confirmer sur des épreuves au large. Une fois de plus le 107 vient créer la surprise. Cette fois-ci avec un nouveau nom « Solidaire en Peloton » et des nouveaux skippers, Victorien Erussard / Thibaut Vauchel-Camus et leur équipage, qui se sont hissés sur la deuxième marche du podium malgré le peu d’expérience dans cette catégorie. A surveiller pour la suite de la saison ! Enfin c’est Bruno Jourdren, fidèle de l’épreuve, qui vient compléter le podium avec son équipage à bord de son Tyker40 dernière génération, Norma Concept-Lepal, alias Lord Jiminy (119). Eärwen (88), qui n’avait jusqu’alors jamais quitté le podium sur cette épreuve, reste dans la première moitié du classement en venant se placer 4ème du général. On pourra féliciter le reste des équipages, qui auront su venir jouer les trouble-fêtes en tête de flotte, comme c’est le cas de Groupe Picoty (85) et Deltacalor (105). Ou encore féliciter la persévérance qu’ont montrée les Sud-Africain de Phesheya Racing (23) et le sympathique équipage d’Antoine Michel à bord de SETTI Ltd (57).La participation au Grand Prix des plus gros bateaux s’est conclue hier, lundi 6 mai, par la remise des prix au port de Trèboul. À peine cette 13ème édition terminée, que déjà on pense à la prochaine édition avec l’envie d’y retourner. Le classement général ici Pas le temps de souffler pour 3 des 8 équipages présents à Douarnenez ! Eärwen (88), GDF SUEZ (130) et Solidaires En Peloton (107) repartent de jeudi à samedi sur une course en équipage au départ de la Trinité sur Mer, l’Armen Race. Cette course, inscrite au calendrier promotionnel, va regrouper une petite flotte de 9 Class40 au milieu des 120 équipages et plus au départ. Le parcours de 360 milles qui longe les façades Atlantique françaises est qualificatif pour la Rolex Fastnet Race qui aura lieu au mois d’aout. Site officiel de la course Page Facebook et Compte Twitter Sous le soleil de Douarnenez Par Maxime Falcone - Association Class40[Lire la suite]]]> <![CDATA[La Transat Jacques Vabre au calendrier de la Class40 jusqu'en 2017]]> https://www.class40.com/?titre=la-transat-jacques-vabre-au-calendrier-de-la-class40-jusqu-en-2017&mode=actualites&id=314 Fri, 03 May 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=la-transat-jacques-vabre-au-calendrier-de-la-class40-jusqu-en-2017&mode=actualites&id=314 Depuis plusieurs mois, des offres de transatlantiques en double sont venues s'ajouter à la Transat Jacques Vabre et à la Solidaire du Chocolat. En vue d'établir un calendrier des courses pérenne et équilibré, la Class40 a lancé, en mars dernier, un appel d'offres pour choisir une transat en double biennale. Parmi les dossiers déposés, c'est celui de la nouvelle association Transat Jacques Vabre qui a été retenu. Les Class40 sont donc attendus en force en octobre 2013 au Havre pour les 20 ans de la Route du Café. Une année type du circuit Class40 est constituée d'une course transatlantique à l'automne. Une à deux courses de 1000 milles, ou plus, sont proposées au cours du printemps/été (les Sables-Horta-Les Sables, la Normandy Channel Race, l'Atlantic Cup...) auxquelles s'ajoutent quelques courses côtières (le Grand Prix Guyader, le record SNSM, le Mondial...).  Un engagement dans la duréeAu calendrier des années paires, les Class40 disputent, en alternance, la Route du Rhum et la Transat Québec-St Malo. L'appel d'offres lancé par la classe a permis de faire un choix parmi les différentes offres de transat en double proposées à l'automne des années impaires. Ce choix est associé à un engagement sur trois éditions, jusqu'en 2017. En s'engageant ainsi dans la durée, la Class40 permet aux coureurs, aux sponsors et aux organisateurs de planifier et de pérenniser au mieux leur investissement et leur préparation. François Angoulvant, président de la Class40 : « Notre choix s'est finalement porté sur la Transat Jacques Vabre pour plusieurs raisons. Sa notoriété est tout d'abord un atout indéniable. L'étude des bilans média des différentes courses en lice de notre appel d'offres montre d'ailleurs bien les atouts de la Transat Jacques Vabre. Dans son ensemble, la proposition de l'association Transat Jacques Vabre répondait bien à notre cahier des charges. Nous voulions notamment raccourcir le parcours, ou tout du moins éviter une arrivée dans un port mal desservi par les cargos ou situé dans des zones météo difficiles : nous avons été entendus sur ce point. Nous avons également mesuré les efforts réalisés lors de la précédente édition sur un traitement équitable des différentes classes, même s'il y a encore des points à améliorer, notamment à l'arrivée des premiers concurrents en temps réel.À ce titre, les commanditaires de la Transat Jacques Vabre proposent un véritable dialogue avec les classes engagées sur cette course (Imoca, Multi 50 et Class40 notamment), ce qui nous semble primordial. Enfin, après réflexion, nous considérons qu'une épreuve multi classes ne nuit pas à la Class40. Elle attise la curiosité du public et attire les médias.Tous ces arguments ont fait pencher la balance du côté de la Transat Jacques Vabre. Nous tenons cependant à remercier tous les autres organisateurs qui ont fait l'effort de répondre à notre appel d'offres. » Gildas Gautier, délégué général de l'association Transat Jacques Vabre : « Nous sommes très contents que la Class40 ait choisi la Transat Jacques Vabre. Nous nous sommes battus pour cela et c'est une très bonne chose, d'autant que 2013 devrait être une belle édition pour les Class40, car, comme à chaque saison post-Vendée Globe, nous manquons de visibilité sur les programmes des coureurs Imoca. Or, s'il y a une forte mobilisation en 40 pieds, ils bénéficieront d'un bel éclairage médiatique. » Alors, désormais, pour les skippers Class40 et leurs partenaires : en octobre, les années impaires, « the place to be », c'est au Havre !  D'ici là, les skippers de la Class40, tout juste rentrés de la Transat Québec Saint Malo, ont rendez-vous à Caen, du 2 au 9 septembre, pour la « Normandy Channel Race » avant de conclure en beauté cette longue saison 2012 par le Mondial de la classe, à La Rochelle, du 3 au 6 octobre. Calendrier prévisionnel 2013 - (dates à confirmer)7 - 14 avril                        Normandy Channel Race (double)3 - 5 mai                          Grand Prix de Douarnenez (équipage)9 - 12 mai                        Armen Race (équipage) 12 - 26 mai       Atlantic Cup (double et équiage)23 - 25 juin                       Record SNSM (équipage)8 - 28 juillet                      Les Sables - Horta - Les Sables (solitaire ?)11 - 17 août                      Rolex Fastnet Race (équipage)29 sept - 24 octobre           Transat Jacques Vabre (double)[Lire la suite]]]> <![CDATA[Joerg RIECHERS, Champion Class40 Saison 2012 !]]> https://www.class40.com/?titre=joerg-riechers-champion-class40-saison-2012-&mode=actualites&id=313 Mon, 17 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=joerg-riechers-champion-class40-saison-2012-&mode=actualites&id=313 Après une superbe saison pleine de régularité, c’est logiquement que le Class40 numéro 115 MARE skippé par Joerg RIECHERS s’impose sur cette saison 2012. Victorieux à deux reprises sur les courses de prestige que sont La Solidaire du Chocolat et l’Atlantic Cup, le marin allemand n’aura quitté le podium qu’à une seule reprise sur cinq épreuves lors de la Normandy Channel Race (abandon). Il a effectivement atteint la seconde place sur la Transat Québec-St Malo et la troisième place sur le Mondial Class40 ! Ces performances viennent souligner un professionnalisme et une constance sportive assez exceptionnels pour celui qui vient de lancer sa campagne Vendée Globe édition 2016.Sébastien ROGUES impressionne sur Eole Generation GDF Suez (105) en grimpant sur la seconde marche du podium ! Cinq courses, cinq Top 10 et un podium (3ème lors de la Transat Québec-St Malo), voilà ce qu’il aura fallu au jeune skipper lorientais pour se faire remarquer lors de sa première saison sur le circuit Class40. A 24 ans seulement, Sébastien vient de taper un grand coup à la porte des favoris et démontre clairement qu’il sera un client sérieux pour le titre la saison prochaine.Avec seulement trois participations durant la saison, Aloys LE CLAQUIN, skipper du 104 Jack in the Box, inscrit une belle performance en grimpant sur la dernière marche du podium. Ses bons résultats en course (6ème Solidaire du Chocolat, 8ème Transat Québec-St Malo et 2ème Mondial Class40) lui permettent d’atteindre la troisième place du Championnat Class40 Saison 2012 mais surtout montrent que malgré une présence moins élevée que les deux premiers sur le circuit, Aloys reste parmi les favoris.Une remise des prix officielle Championnat Class40 Saison 2012 aura lieu lors du Salon Nautic de Paris ! En attendant retrouvez le classement complet en téléchargement ici !   Joerg RIECHERS, Champion Class40 Saison 2012 ! Par Maxime FALCONE - Association Class40  [Lire la suite]]]> <![CDATA[Témoignages de partenaires du circuit Class40]]> https://www.class40.com/?titre=temoignages-de-partenaires-du-circuit-class40&mode=actualites&id=312 Mon, 17 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=temoignages-de-partenaires-du-circuit-class40&mode=actualites&id=312 Interviews par Maxime FALCONE – Association Class40   Eole Generation – GDF SUEZ Partenaire de Sébastien ROGUES – Class40 N°105   Pourquoi cet engagement dans la voile ? « Eole Generation, filiale à 100% de GDF SUEZ, est à la fois un développeur et opérateur de projets éoliens et hydroliens produisant de l’électricité. C’est donc tout naturellement qu’elle s’est tournée vers la voile qui est un sport avec lequel elle a naturellement beaucoup de points communs, et notamment la connaissance du milieu maritime et l’utilisation respectueuse de l’énergie du vent, du soleil, des courants. Plus généralement, l’activité d’Eole Generation est très proche de la pratique de cette discipline avec laquelle nous partageons des valeurs fortes : le respect des sites naturels, le dynamisme, une activité en harmonie avec la nature, ou encore le dépassement de soi. Sébastien Rogues est un skipper qui incarne parfaitement toutes ces valeurs. En tant qu’entreprise engagée en faveur du développement durable et implantée au cœur des territoires, Eole Generation a donc souhaité soutenir sa démarche. » « Le groupe GDF SUEZ  accompagne des jeunes dans sa politique  « JEUNES TALENTS » quel que soit le sport. Sébastien rentre dans cette catégorie et nous l’accompagnons pour l’aider à démarrer sa carrière » Pourquoi la Class40 et ce skipper ? « La Class40 est la suite logique dans la carrière de Sébastien qui est issu du circuit Mini. Elle a permis à Eole Generation et GDF SUEZ de poursuivre le projet avec un bateau sûr, solide, et qui reste dans un budget raisonnable après celui  de la classe 6.50 en prototype. Sur le plan sportif les bateaux Class40 ont fait leurs preuves et l’association qui régit cette classe est très bien organisée et professionnelle. » Comment l’exploitez-vous en interne et en externe ? « Du côté d’Eole Generation qui est une petite structure, cela nous a permis de faire  naviguer  et  découvrir  la  voile  à  tous  nos  collaborateurs.  De manière  générale, ce partenariat suscite une forte mobilisation et un soutien sans faille des collaborateurs de GDF SUEZ. Nous nous associons en effet aux filiales du Groupe en régions afin d’offrir des moments privilégiés à nos invités auxquels nous proposons des moments inoubliables lors de départs de courses notamment, comme ce fut le cas au départ de la Normandy Channel Race. De plus pour le groupe GDF SUEZ, la communication interne est activée sur le suivi des courses. Cela permet de réunir les collaborateurs derrière un challenge commun, humain, sportif et qui reflète les valeurs de l’entreprise. En externe, c’est l’opportunité de développer des animations comme par exemple le baptême du bateau à Saint Nazaire en mars dernier avec sa marraine Amélie Mauresmo. » Quel est le bilan que vous en tirez ? « Un très bon bilan. Sébastien est exemplaire dans sa manière de gérer ses projets et dans la volonté dont il fait preuve pour atteindre ses objectifs. Il est en cela emblématique de l’ambition de chacun des salariés d’Eole Generation. Sa progression est maîtrisée, et nous sommes fiers de le soutenir dans le franchissement des étapes contribuant à son essor au sein de cette belle discipline qu’est la voile. De plus, il met ses qualités humaines au service de son ambition. En un mot, il cumule performance et éthique, tout comme Eole Generation. Nous sommes très sensibles à son parcours, à ses valeurs et à sa conception du sport où performance rime avec respect des autres et de l’environnement. »     Gaël TEMPIER – PDG de COMIRIS Group Partenaire de Thierry BOUCHARD – Class40 N°83 Pourquoi cet engagement dans la voile ? « Deux raisons principales, la première raison est la rencontre avec un homme, Thierry Bouchard, qui était à la recherche de sponsors et qui a su nous donner envie de le suivre. La deuxième raison est que la voile par rapport à notre activité, reprend les valeurs que nous souhaitons véhiculer du point de vue technologique, d’esprit d’équipe et de développement durable car c’est quand même un moyen de navigation écologique. Ce sont des valeurs qui nous correspondent tout à fait. » Pourquoi la Class40 et ce skipper ? « À l’origine nous n’avions pas du tout de projet afin de sponsoriser un bateau, c’est  vraiment l’homme qui nous a séduit lorsqu’on l’a rencontré. Et puis quand on a réfléchi à l’opportunité d’investir dans le projet de Thierry et ce que cela pouvait nous apporter on a trouvé pas mal de points intéressants pour véhiculer l’image de la société. En ce qui concerne la Class40, c’est un support qui nous a paru abordable financièrement, on n’aurait pas pu le suivre sur une Classe supérieure. » Comment l’exploitez-vous en interne et en externe ? « Nous mettons en place des évènements aux départs et arrivées des courses. Quand on a l’opportunité d’inviter des partenaires ou des clients, par exemple à Pointe à Pitre, c’est très intéressant. Par ailleurs l’autre aspect essentiel est que nous l’avons exploité de manière de relais presse. On a effectivement eu énormément de retombées et parutions dans la presse car notre société était associée à la Class40, c’est intéressant pour nous du point de vue de la visibilité. En sachant que nous ne recherchons pas de reconnaissance grand public car nous travaillons en B to B, mais en l’occurrence cela a permis de confirmer notre notoriété auprès de nos clients. De plus, ce qui est intéressant pour nous, c’est que plus notre société apparait sur le web, plus nous sommes dans les premiers rangs sur les moteurs de recherche, c’est un point à ne pas négliger dans notre argumentaire. Enfin nous l’avons aussi exploité en interne afin de regrouper nos salariés autour d’un projet commun.  » Quel est le bilan que vous en tirez ? « Pour moi, c’est un bilan mitigé, on n’a pas pu exploiter ce partenariat comme on aurait dû le faire. On devait poursuivre avec Thierry jusqu’en 2014 pour la Route du Rhum, pour des raisons économiques et au vu de la conjoncture actuelle cela ne se fera pas. Comme beaucoup d’entreprises on a dû réduire les budgets communications. Tous ces éléments ont fait qu’on n’a pas pu organiser tous les évènements que l’on souhaitait autour des régates qui ont eu lieu. Je suis personnellement déçu car ça correspondait vraiment bien à ce que voulait véhiculer et mettre en place la société, il y avait du potentiel à exploiter. »     Jean-Yves PIERCHON – PDG de Poenix Europe Express Partenaire de Stéphanie ALRAN – Class40 N°98   Pourquoi cet engagement dans la voile ? « Tout simplement parce que je suis personnellement un passionné de voile depuis toujours (un voileux comme l’on dit !). » Pourquoi la Class40 et ce skipper ? « La Class40 permet à des PME comme la nôtre de réaliser du sponsoring, d’avoir son nom sur un bateau avec un budget abordable, et toutefois de participer à des évènements de classe internationale comme la Transat Jacques Vabre ou la Transat Québec - St Malo. Nous ne pouvons pas nous engager sur des classes du type Imoca ou Multicoque qui sont inabordables pour nous. Les catégories plus petites, comme la Classe Mini, nous paraissent moins intéressante  pour l’évènementiel. Le choix du  skipper, c’est une rencontre un peu par hasard au départ, mais un projet qui nous a plu. Stéphanie ALRAN est un personnage à part dans le monde de la voile, depuis   peu   de   temps   sur   le   parcours,   mais   avec   une   telle  envie, une telle passion, que nous avons rapidement adhéré à son projet. Elle a su s’adapter à nos besoins et à nos moyens limités. » Comment l’exploitez-vous en interne et en externe ? « Pour nous, c’est surtout une recherche de retombées en interne. Pour les collaborateurs qui ont tous adopté Stéphanie comme si elle faisait partie de la société, c’est vite devenu une aventure qu’ils se sont appropriée. Je pense que c’est une certaine fierté d’avoir le nom de notre société sur un bateau et sur des voiles qui participent à un grand évènement médiatisé. C’est aussi l’occasion d’organiser des sorties, de participer au départ des courses avec les familles. Et cela crée une certaine émulation dans notre équipe. En externe, bien entendu, nous avons aussi accueilli quelques-uns de nos clients au départ des courses, mais nous n’attendons pas vraiment de retombées commerciales de ce sponsoring. Par contre, nous pensons que cela nous donne plus de notoriété auprès de nos partenaires et fournisseurs. » Quel est le bilan que vous en tirez ? « Il est très positif et nous ne regrettons pas notre investissement. Nous continuerons certainement à participer à des évènements en Class40, mais toutefois du fait de la conjoncture nous serons sans doute contraints de limiter cette participation à quelques évènements, voire à des courses ayant lieu tous les 2 ou 3 ans. »[Lire la suite]]]> <![CDATA[Rolex Fastnet Race : un succès monstre !]]> https://www.class40.com/?titre=rolex-fastnet-race--un-succes-monstre-&mode=actualites&id=311 Mon, 17 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=rolex-fastnet-race--un-succes-monstre-&mode=actualites&id=311  Amis adhérents, pas de panique ! Il est toujours possible de s'inscrire et de participer à cette 8ème édition de la Rolex Fastnet Race. Effectivement, cette année les organisateurs n'ont pas fixé de nombre limite d'inscriptions pour les coureurs de la Class40 et de la Classe Imoca ! Petit rappel de ce qu'est cette course promotionnelle de notre calendrier, dont la dernière édition (2011) a été remportée en Class40 par l'équipage du skipper d'exception, Tanguy de Lamotte, actuellement engagé sur le Vendée Globe 2012 -2013 sur Initiatives-cœur : Edition 2013, -          Organisateur : RORC -          Dates : 11 au 17 août -          Parcours : Île de Wight (Cowes) / Fastnet / Plymouth -          Format : 608 milles en équipage -          Engagés édition précédente : 20 (Résultats) -          Toutes les infos & inscriptions : ICI     Retour sur l'édition 2011 : (Tiré du Guide Class40 2012 P12-13) 20 CLASS40 AU DEPART ET UN FINAL D'ANTHOLOGIE Avec 20 engagés représentant 9 nations et une flotte composite du bateau dernier cri aux pionniers de la Class40 conduits par des équipages habitués du circuit et des nouveaux venus, la Rolex Fastnet Race a été tout simplement la plus fréquentée des compétitions de Class40 en 2011. Outre les Français et notamment un skipper tricolore féminin, Catherine Pourre récemment victorieuse du Grand Prix Guyader à bord de son Tyker 40 Evolution, l'ex Destination Dunkerque, on notait la présence des Américains Michael Hennessy à commencer par le redoutable Ned Collier-Wakefield, d'Italiens, de Suisses, d'Allemands, de Belges, de Norvégiens, de Hollandais, de Bermudiens... Bref un plateau exceptionnel. 7 MINUTES ENTRE LES 5 PREMIERS Tanguy de Lamotte et ses équipiers ont remporté la course après 86 heures, 17 minutes et 28 secondes de navigation. L'arrivée s'est jouée à couteaux tirés avec seulement 2 minutes d'avance sur les poursuivants Peraspera. Cette course fut extrêmement disputée mais le skipper d'Initiatives-Alex Olivier et son équipage entouré de Tanguy Leglatin, David Sineau, Thomas Gavériaux n'ont rien lâché jusqu'à la ligne d'arrivée. Coup double pour Tanguy qui signe son deuxième succès de la saison après la Normandy Channel Race en mai et une deuxième victoire sur la Rolex Fastnet Race remportée en 2009. La course a démarré au louvoyage le long des côtes britanniques puis s'est poursuivie en majeure partie au débridé en direction du Fastnet. Pour le dernier tronçon, de retour vers Plymouth, le vent a graduellement molli. La course s'est achevée au près et dans les petits airs.                   Les mots du vainqueur. Tanguy de Lamotte : « On est resté très longtemps en tête mais, à 2 milles de l'arrivée, on s'est fait dépasser par Peraspera. À 0,5 mille de la ligne, nous étions 4ème. C'était une bagarre de folie. On a eu de la réussite mais on a fait tout ce qu'il fallait pour l'emporter. Cela s'est joué à trois fois rien. C'était un finish d'anthologie. Il y a deux ans, on avait vu la victoire venir alors que cette fois-ci, elle s'est jouée dans les toutes dernières minutes. Nous étions 5 bateaux en moins de 7 minutes à l'arrivée. C'était incroyable ! C'est la première fois que je vois cela en Class40. C'est la deuxième fois consécutive cette année qu'il y a une flotte très regroupée, c'est vraiment intéressant. De même, cette course était très internationale. Le niveau était très élevé. Ils ont tous bien navigué ».  [Lire la suite]]]> <![CDATA[Nos cousins d'Amérique !]]> https://www.class40.com/?titre=nos-cousins-d-amerique-&mode=actualites&id=310 Mon, 17 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=nos-cousins-d-amerique-&mode=actualites&id=310 Le partage, l'entraide, la convivialité, l'esprit d'équipe, l'accessibilité, l'ouverture internationale, sont autant de termes qui définissent les valeurs de la Class40. L'ouverture internationale se caractérise en partie par la mixité des origines des adhérents qui composent la classe (16 nationalités en 2012), mais aussi par son circuit de courses à travers plusieurs continents. Un circuit qui va bien au-delà du programme officiel et promotionnel. Nous vous proposons un zoom sur ces courses outre Atlantique dont on parle peu, ici, en Europe : le circuit de la côte Est des États-Unis. En nommant, en 2008, Michael Hennessy (skipper du 54 - Dragon) représentant des États-Unis, la Class40 montre une volonté pour un développement international de plus en plus fort. Ce statut au sein du Conseil d'Administration vient mettre en avant un circuit et une flotte souvent méconnus du public. Cette flotte regroupe une dizaine de skippers naviguant sous pavillon des « USA » dans laquelle s'ajoute des marins québécois et des Bahamas. C'est sur un circuit de six épreuves, cumulant pas moins de 3 500 milles, que cette flotte s'affronte chaque année. Ce circuit est mis en avant grâce à sa course phare de 900 milles, dédiée uniquement aux Class40, « l'Atlantic Cup », qui relie Charleston à Newport, via une escale inoubliable à Manhattan (New York). Cette course, qui figure au calendrier officiel de la Class40, voit débarquer tous les quatre ans une partie de la flotte Européenne lors du tour de l'Atlantique. Elle est l'étape intermédiaire, qui permet de remonter les côtes Est-Américaines, entre les deux Transats, « La Solidaire du Chocolat » et « La Québec-Saint Malo ». La simple évocation des ports d'accueil, de départ et d'arrivée, en font rêver plus d'un. La « Pineapple Cup », course de 811 milles entre port Everglades au sud de la Floride et Montego Bay en Jamaïque ou encore la « Bermuda One-Two » qui propose un aller-retour de 1 270 milles entre le port de Newport et l'archipel des Bermudes en sont les exemples parfaits. Plus au Nord, la « Marblehead to Halifax », d'une distance de 363 milles, permet d'aller naviguer dans des eaux plus fraiches le long des magnifiques côtes Canadiennes.   La « Key West Feeder Race », 160 milles le long des côtes de la Floride, et la « Rolex St. Thomas », parcours côtiers en mer des Caraïbes, font parties des petites courses locales qui viennent compléter ce circuit. Le Conseil d'Administration tient tout particulièrement à entretenir et à développer la relation avec ces courses qui mettent en avant la Class40 à l'international. L'Atlantic Cup mis à part, les courses du circuit américain auxquelles participent les Class40 sont également ouvertes aux IRC. Un des objectifs de cette année est de mettre en avant la Class40 auprès de ces skippers afin qu'ils découvrent ce support et contribuent, pourquoi pas, au développement de la flotte américaine.  [Lire la suite]]]> <![CDATA[Normandy Channel Race : Entrée musclée dans la saison !]]> https://www.class40.com/?titre=normandy-channel-race--entree-musclee-dans-la-saison-&mode=actualites&id=6 Mon, 17 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=normandy-channel-race--entree-musclee-dans-la-saison-&mode=actualites&id=6 Ils étaient nombreux, vendredi dernier, 19 avril,  à venir assister à la remise des prix de La Normandy Channel Race. Celle-ci s’est poursuivi par un barbecue tout en festivité pour conclure cette édition 2013. Retour sur cet acte 4 qui a quitté les côtes normandes dimanche 14 avril à 17h, sous le soleil. 24h après le départ, de nombreux abandons sont à déplorer en raisons de divers problèmes techniques (pilote automatique,  surchauffe moteur, hauban défectueux…). Le lendemain, au vue de la météo peu clémente prévue par les fichiers, la Direction de course annonce une réduction de parcours aux 11 bateaux encore en course. Tous arriveront ensuite à bon port. Après un abandon en 2012, il a pris sa revanche de la plus belle des manières ! Jörg Riechers, dont c’était la 3ème participation, s’est imposé en duo avec Pierre Brasseur au terme de 3 jours 7 heures, 57 minutes et 30 secondes de course. C’était pourtant mal parti pour le Mare Racing Team, comme nous l’explique le skipper Allemand : « C’est génial de gagner, surtout après avoir démâté juste avant la course. C’est vraiment une épreuve dure et technique. La navigation en mer celtique a été chaotique. Nous n’avons jamais rien lâché, malgré un passage difficile de Barfleur à l’aller ». Grâce à un Mach40 parfaitement optimisé et un tandem bourré d’expérience, les deux navigateurs ont pris les commandes de la course la 3ème nuit pour ensuite réaliser un sans-faute. « Nous sommes revenus au fur et à mesure grâce à notre vitesse et notre détermination ». En franchissant la ligne d’arrivée jeudi 18 à 00h 57mn, l’actuel champion Class40 peut inscrire une victoire de plus à son palmarès. Ils ont créé la grande surprise de cette édition. Aligné au départ sans trop d’ambition hormis celle de terminer, le team Made in Normandy, habitué du Tour de France à la voile et de la Solitaire du Figaro n’avait jamais navigué en course ensemble. C’était également leur première Normandy Channel Race et première expérience en Class40. « Nous sommes contents de notre performance car c’était une première pour nous. Nous avons pris la mesure du Class 40. Sur un petit parcours comme ce dernier, nous passons beaucoup de temps à changer nos voiles, c’est sacrément physique » nous explique Alexandre Toulorge. Et pourtant ce sont bien eux qui ont été les grands animateurs de cette édition en tenant les rênes dès le 1er soir avant de lâcher prise face au duo germano-picard. « Mare allait plus vite au reaching. Ils se sont échappés dans le raz Blanchard. Nous avions travaillé la météo sur la première partie de course. Cela a porté ses fruits » raconte Nicolas Jossier. En coupant la ligne à 1h 53 mn, les deux marins normands obtiennent une seconde place bien méritée après la grosse frayeur de voir Campagne de France remonter sur eux comme une flèche pour couper la ligne 1 minute et 3 secondes plus tard. À un fil de la 2ème place, Campagne de France grimpe donc sur la troisième marche du podium. Plutôt positionné au cœur de la flotte des Class40 sur l’ensemble du parcours, le duo Halvard Mabire / Miranda Merron est l’auteur d’une remontée spectaculaire la dernière journée, ce qui en laisse certain encore bouche bée. « Nous sommes revenus du diable vauvert. C’est une belle troisième place. Encore quelques milles et nous prenions la deuxième position. C’est une minute de trop » lâche Halvard arrivé sur les pontons ! À Ouistreham, dans la nuit de mercredi à jeudi, le rythme intense des arrivées n’a pas cessé. Se sont succédés pour couper la ligne : Geodis, Akilaria RC2 skippé par Fabrice Amedeo et Armel Tripon, en quatrième position (à 3h06) suivi d’Al Bucq, Akilaria RC3 flambant neuf de Brieuc Maisonneuve co-skippé par Ned Collier-Wakefield (à 3h09). Revenus de loin, le Rogers Class40 Red du duo allemand Mathias Blumencron et Boris Herrmann (à 3h18), puis Jean-Christophe Caso et Aymeric Chappellier sur le Pogo40 S² Groupe Picoty (à 3h27). Red perdra ensuite une place en raison d’une pénalité de 14 minutes (plomb d’un bidon d’eau absent et plomb du mouillage cassé). Cette décision de Jury joue ainsi en la faveur de Groupe Picoty qui se hisse à la 6ème place du classement général. Une petite demi-heure plus tard, arrivée des deux derniers bateaux de la nuit : Dan Dytch et Emma Creighton à bord de l’Akilaria RC3 Momentum Ocean Racing (à 4h00) et Phoenix Europe – Carac avec Louis Duc et Stéphanie Alran (à 4h07) sur l’Akilaria MK2 proto récemment acquis. Des arrivées en cascade qui démontrent l’homogénéité croissante du plateau de la Class 40. L’unique équipage 100 % féminin, Philippa Hutton-Squire et Pip Hare à bord de Phesheya Racing, termine en 10ème position dans la matinée (à 11h09), suivi d’Olivier Roussey et Philippe Burger sur Obportus 3, qui clôture cette édition 2013 au terme de 4 jours 08 heures 22 minutes et 22 secondes de navigation et beaucoup de persévérance. La qualification pour la Transat Jacques Vabre est en poche ! Le classement complet ici !   Normandy Channel Race : Entrée musclée dans la saison ! Par Maxime FALCONE - Association Class40[Lire la suite]]]> <![CDATA[Normandy Channel Race acte 4 : Un plateau digne des plus grandes courses !]]> https://www.class40.com/?titre=normandy-channel-race-acte-4--un-plateau-digne-des-plus-grandes-courses-&mode=actualites&id=5 Fri, 03 May 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=normandy-channel-race-acte-4--un-plateau-digne-des-plus-grandes-courses-&mode=actualites&id=5 On y est enfin, Caen s'apprête à accueillir dès mercredi prochain (10 avril 2013) 22 Class40 participants à la Normandy Channel Race. Eh oui, la première course du calendrier officiel de l'Association Class40 va rassembler au ponton du bassin Saint Pierre un plateau de concurrents vraiment alléchant qui promet une édition 2013 passionnante. Le départ est prévu le dimanche 14 avril à 12h00 de Caen et à 17h00 en mer !                 Duel de vainqueurs. Les 1000 milles nautiques de l'épreuve devraient être le théâtre d'une bagarre océanique de haut niveau. En effet, vainqueur de la dernière édition en septembre, le Britannique Ned Collier-Wakefield sera présent pour défendre son titre. Cette fois-ci il troque son statut de skipper pour endosser la tunique de co-skipper du Français Brieuc Maisonneuve propriétaire d'Al Bucq n° 124, premier Akilaria RC3 sorti des chantiers en Novembre dernier. Quand on parle de vainqueurs, on ne peut pas passer à côté du retour de celui qui a gagné en 2010 la première édition et la dernière Route du Rhum, Thomas Ruyant. Il fera équipe avec le second de l'édition 2011, Bruno Jourdren, sur son Tyker evolution 3, Lord Jiminy (n°119). Ils font aussi figure de favoris. L'incontournable skipper Allemand, Jörg Riechers, vient prendre sa revanche sur une édition 2012 décevante. Il avait été contraint à l'abandon durant les premières 24h après avoir cassé le bout dehors du Mach40 n°115 Mare. Accompagné cette fois-ci par Pierre Brasseur, le champion Class40 2012 et meilleur navigateur allemand la même année, est bien décidé à montrer qu'il est là pour jouer les avants postes. Son dauphin, Sébastien Rogues, débarque quant à lui aux commandes d'une toute nouvelle monture, le Mach40 n°130 GDF SUEZ mis à l'eau le mois dernier. Après sa première saison sur le circuit, le jeune skipper Lorientais a démontré qu'il a tous les arguments nécessaires pour rafler une place sur le podium. L'éternel duo Halvard Mabire / Miranda Merron, second de la dernière édition, sera bien présent avec toujours autant d'ambition. Un podium de Ministe. Les skippers issus du cru 2012 de la Classe Mini, Aymeric Chappellier et Nicolas Boidevezi, se retrouveront une fois de plus pour livrer bataille sur les eaux. En effet, ils seront respectivement co-skipper de Jean Christophe Caso sur Groupe Picoty (n°85) et de Thibault Reinhart sur Jasmine Flyer (n°112). De plus, le fait qu'ils aient partagé le podium à quatre reprises la saison dernière, donne comme un gout de rivalité symbolique qu'ils disputeront cette fois-ci en Class40. Une course dans la course. Un plateau varié. À l'image de l'Association Class40, la Normandy Channel Race rassemble une flotte de skippers internationaux, aussi bien professionnels qu'amateurs. 7 pays seront représentés lors de cette édition 2013 : France, Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis, Afrique-du-Sud, Nouvelle-Zélande et Suisse. Parmi les inscrits, beaucoup sont des récidivistes de l'épreuve qui viennent de nouveau gouter aux joies de cette course exclusive Class40. Comme c'est le cas de Catherine Pourre, Goulven Royer, Olivier Roussey, Phillippa Hutton-Squire, Boris Herrmann, Christophe Coatnoan, Louis Duc, Stéphanie Alran, Thibault Reinhart, Mathias Blumencron, etc. À noter que l'unique équipage féminin sera représenté par un duo anglophone, avec à la barre la Sud-Africaine Philippa Hutton-Squire et en tant que co-skipper, l'Anglaise Pip Hare.                 Si la météo actuelle persiste ces prochains jours, une mer aux conditions plutôt musclées serait au rendez-vous. Les deux précédentes éditions s'étaient déjà vu amputer d'une partie de leur parcours à cause d'une météo capricieuse (mauvaises conditions en 2011, pétole en 2012). Les coureurs avaient alors été privés d'une visite du rocher du Fastnet et de son phare légendaire. Il ne reste plus qu'à espérer que le briefing météo de la semaine prochaine vienne démentir les prévisions de froid actuelles.   Le parcours raconté par Halvard Mabire* (2010)             "La première partie, jusqu'à l'Isle de Wight, est une bonne Transmanche classique, avec un parcours côtier intéressant devant les plages du Débarquement et une traversée bien perpendiculaire des "rails", comme il se doit pour respecter les règles  de trafic. Ensuite...tiens... voilà qui me rappelle bien un départ de Fastnet. Les Needles, Portland, Lizard, Land 's End... Les magnifiques côtes sud de l 'Angleterre ont vu défiler tant de joutes nautiques depuis tant de siècles que si les falaises pouvaient parler, on aurait une véritable encyclopédie de la Course au Large. Un petit bonjour à Wolf Rock et l'on retrouve avec délectation la Mer Celtique, que nous avons sillonnée moult fois durant nos Figaro et divers Fastnet. Une grande ligne pour toucher les Côtes d 'Armor comme pour marquer la limite de "tchez nous" (parcours 2010) et nous voici dans nos chères "Anglos" avec comme juges de paix les plus fortes marées, les plus forts courants... et quelques cailloux bien familiers. Le terrible Raz Blanchard en passage à niveau, avec le phare de Goury en garde barrière, en espérant que les vents et la marée soit avec nous, car on sait qu'avec "Vent d 'Amont" (NE) contre le courant, c'est l'enfer liquide s'il y a plus de 25 nœuds de vent! Comme si un Raz ne suffisait pas, celui de Barfleur sera là pour nous rappeler que la Manche n'est pas une plaisanterie, et que c'est bien la Marée qui décide. La Baie de Seine ne nous épargnera pas coté courants, et jusqu'au bout il faudra s'accrocher et "être malin" pour boucler avec succès la "Normandy Channel Race"... Le Channel a connu bien des courses, il lui fallait "sa" course, pour rendre hommage aux eaux qui nous ont ouvert les portes du Monde. J'espère que dans quelques décennies on parlera de la Normandy Channel Race comme de ses grandes sœurs et que le sillage que nous allons ouvrir en cette année 2010 restera tracé pour toujours." *Halvard Mabire est un des marins français les plus titrés de la course au large avec à son actif 5 tours du monde en équipage, 7 solitaires du Figaro et 33 transats ; il a notamment remporté la Course de l’Europe, la Transat Anglaise Twostar (2 fois vainqueur) et la Transat Quebec Saint-Malo en Class 40.   Suivez la course sur le site officiel et les réseaux sociaux : Facebook & Twitter ! Ainsi que sur la page Facebook & le compte Twitter de l'Association Class40 !   Normandy Channel Race acte 4 : Un plateau digne des plus grandes courses ! Par Maxime FALCONE - Association Class40[Lire la suite]]]> <![CDATA[De retour en Angleterre pour le Mondial Class40 : Plymouth hôte de l'évènement !]]> https://www.class40.com/?titre=de-retour-en-angleterre-pour-le-mondial-class40--plymouth-hote-de-l-evenement-&mode=actualites&id=3 Mon, 17 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=de-retour-en-angleterre-pour-le-mondial-class40--plymouth-hote-de-l-evenement-&mode=actualites&id=3 Malgré un dépôt de dossier tardif, le Royal Western Yacht Club a réussi à obtenir l’accord de l’ISAF et de la Royal Yachting Association : l’évènement se déroulera bien sous l’égide de l’ISAF. Le mondial Class40 2013 sera organisé par le RWYC soutenu, pour la partie presse et évènementielle, par Sport Environment, la société de Conrad Humphreys.Le mondial Class40 2013 se disputera à Plymouth, du 17 au 20 août, dans la foulée de la Rolex Fastnet Race. Une vingtaine de Class40 est attendue dans la marina de Queen Anne’s Battery. Le skipper espagnol et double tenant du titre (2010 et 2012), Gonzalo Botin, sera fort probablement au rendez-vous pour défendre son statut de « World Champion ». Il s’alignera en revanche cette année avec une toute nouvelle monture : le Class40 n°123, un plan Botin Partners, dont la mise à l’eau est prévue fin avril, à Valence. Gonzalo et son équipage de régatiers le testeront pour la première fois en course à l’occasion des Sables-Horta, en juillet prochain.Le plateau sportif de ce cinquième Mondial Class40 s’annonce particulièrement relevé et, sur ces petits parcours très tactiques et techniques, rien n’est jamais acquis d’avance ! Catherine Pourre, Emma Creighton, Peter Harding, Sébastien Rogues, Bruno Jourdren, Victorien Erussard… : autant de skippers et d’équipages (de 3 à 7 personnes) qui comptent bien monter sur la plus haute marche du podium.Après un 1er Mondial (reconnu comme tel par l’ISAF) à Hamble, en 2009, la flotte des Class40 aura de nouveau le plaisir de batailler le long des côtes anglaises à l’occasion de cette ultime épreuve de la saison avant la très attendue Transat Jacques Vabre, dont le départ sera donné au Havre le dimanche 3 novembre.François Angoulvant, Président de la Class40 : « Nous sommes très heureux d’être accueillis à Plymouth pour cette 5ème édition du Mondial Class40. Le timing du calendrier est parfait et nous espérons pouvoir construire un partenariat avec le RWYC pour revenir régulièrement pour le Mondial. La flotte des Class40 connaît plutôt bien cette zone pour y venir tous les deux ans à l’occasion de la Rolex Fastnet Race mais aussi pour ceux ayant participé à The Transat en 2008. Nous attendons une grande mobilisation des skippers d’Europe et des Etats-Unis pour participer à ce bel évènement ».John Lewis, Commodore du Royal Western Yacht Club : « Le RWYC est ravi d'être le club d’accueil pour ce Mondial de prestige, en particulier parce qu’il a établi une relation étroite avec la classe lors de nos deux derniers événements de course au large. Je souhaite bienvenue à tous les concurrents et leur souhaite tout le succès possible sur l'eau. »Gonzalo Botin, tenant du titre : « “Tales Santander 2014” sera là pour défendre son titre, cela ne sera pas facile car le niveau monte chaque fois depuis le premier mondial en 2009. Notre nouveau bateau est moins adapté que l'ancien pour les courses bananes typiques du mondial, car plus orienté course au large, comme la plupart des bateaux 3ème générations. Quoiqu’il arrive, le spectacle est garanti ! »     Toutes les infos sur : - Le site officiel - La page Facebook - Le compte Twitter[Lire la suite]]]> <![CDATA[Le Grand Prix Guyader, un spectacle avant tout, mais pas que … !]]> https://www.class40.com/?titre=le-grand-prix-guyader-un-spectacle-avant-tout-mais-pas-que--&mode=actualites&id=2 Mon, 17 Jun 2013 00:00:00 GMT https://www.class40.com/?titre=le-grand-prix-guyader-un-spectacle-avant-tout-mais-pas-que--&mode=actualites&id=2 Du 2 au 12 mai 2013, la cité Penn Sardin va se voir envahir par une foule d’amoureux de la mer venue admirer un spectacle unique en son genre. Plus une grande fête qu’une course, le Grand Prix Guyader réuni la fleur de la course au large et leurs impressionnantes montures, les riders et leurs ailes flamboyante ou encore les vénérables Dragon. Entre régates côtières et runs de vitesse, les participants vont pouvoir s’affronter dans la magnifique baie de Douarnenez, que les marins classent parmi les plus belles de toutes.Si au niveau du plan d’eau on ne peut rêver mieux, le Grand Prix Guyader réserve au public un programme toujours plus intense avec un contenu sportif jamais atteint et une multitude d’animations à terre pour tous les goûts et tous les âges. De Tréboul au Rosmeur en passant par le Port Rhu, tout Douarnenez célèbrera la mer.Grand Prix Petit Navire puis Grand Prix Douarnenez maintenant Grand Prix Guyader, qu’importe le nom de cet évènement, depuis 2008 les Class40 ont toujours répondu présent à cette course devenu une classique du calendrier. Pour cette édition 2013, neufs équipages plus talentueux les uns que les autres sont attendus pour les festivités.Parmi les favoris, on retrouve bien évidemment Eärwen, le 88, Class40 double vainqueur en 2010 et 2011, qui revient sur l’épreuve pour reconquérir son titre, troqué en 2012 contre une second place face à Talanta. GDF SUEZ et Lord Jiminy, tous deux contraints à l’abandon lors de la récente Normandy Channel Race, auront à cœur de montrer ce qu’ils ont dans le ventre. Groupe Picoty, qui a montré en Normandie qu’on pouvait compter sur lui, sera bien présent pour jouer avec les autres concurrents en tête de flotte. Lionel Régnier profite de l’évènement pour lancer sa saison avec sa monture, le 105 Deltacalor. Sa grande expérience en Class40 pourrait être l’élément clef pour pousser son équipage vers un podium. Le Grand Prix Guyader est aussi l’occasion pour les bizuths Class40 de venir prendre leur marque sur des régates côtières avant de se lancer à la conquête du large. C’est le cas d’Antoine Michel sur le Pogo40 n°57, SETTI LTD, et du duo Victorien Erussard et Thibault Vauchel-Camus sur le 107 Solidaire en Peloton. Enfin, ils représenteront la partie internationale de la flotte, l’équipage sous pavillon Anglais d’Emma Creighton sur le 93 Momentum Ocean Racing ainsi que celui de Philippa Hutton-Squire, sous pavillon Sud-Africain, à bord du 23 Phesheya Racing.  Cet évènement a beau être la fête de la voile, le plateau des Class40 est à l’image du niveau de chacune des autres catégories représentées. Sur l’eau la compétition risque d’être aussi acharnée que l’ambiance festive au bistrot à l’heure de l’apéro. Autant dire que la cité Penn Sardin va se transformer, durant une dizaine de jours, en un théâtre de tous les rêves nautiques …   Toute l'actu du Grand Prix Guyader 2013 ici : Officiel : Site web - Page Facebook - Compte Twitter Association Class40 : Page Facebook - Compte Twitter   Le Grand Prix Guyader, un spectacle avant tout, mais pas que … ! Par Maxime FALCONE - Association Class40[Lire la suite]]]>