Class40
Tours du Monde
Sélection RDR 2022
  • 1
    Quéguiner - Innoveo (#176)
    Quéguiner - Innoveo (#176)
    C. Douguet
  • 2
    Groupe SNEF (#178)
    Groupe SNEF (#178)
    X. Macaire
  • 3
    Project Rescue Ocean (#162)
    Project Rescue Ocean (#162)
    A. Trehin
Prochaines courses

Brèves

Près de 30 bateaux attendus à Saint-Malo pour la 3e édition de la 40’ Malouine LAMOTTE

© Pierrick Contin
© Pierrick Contin

C’est désormais dans une dizaine de jours que le coup d’envoi de la troisième édition de la 40’ Malouine LAMOTTE, organisée par la Société Nautique de la Baie de Saint-Malo, sera donné. D’ores et déjà, plus de vingt-cinq bateaux ont confirmé leur participation à l’évènement. Un évènement qui va se jouer en deux temps avec, d’une part, une course de 24 heures en solo entre les îles Anglo-Normandes afin d’offrir aux différents skippers en lice une dernière occasion de se confronter avant la fameuse Route du Rhum – Destination Guadeloupe et, d’autre part, le Trophée LODI GROUP disputé en équipage pour des moments d’échanges et de partages privilégiés. 

Après deux premières éditions prometteuses en 2019 et en 2021 qui avaient respectivement réunis 12 et 22 bateaux, la 40’ Malouine LAMOTTE s’apprête à rassembler entre 25 et 30 Class40, du 15 au 18 septembre prochain. « Au départ organisée tous les deux ans, années de la Transat Jacques Vabre, la 40’ Malouine LAMOTTE, fait une exception cette année afin de répondre à une demande, à la fois des partenaires et des coureurs en vue de la Route du Rhum. Le fait de bénéficier d’une épreuve supplémentaire dans le calendrier avant la transat, en solitaire, est forcément intéressant. Cela permet non seulement de se remettre dans le bain après la pause estivale, mais aussi d’avoir une dernière opportunité d’évaluer les forces en présence à deux mois de la course phare de la saison »explique Luke Berry (Lamotte - Module Création), premier et troisième des deux premières éditions, particulièrement attaché au format de l’épreuve, à la fois complet, exigeant et convivial.

Comme une rentrée des classes
« Pour nous tous, c’est la rentrée des classes. Cette 40’ Malouine LAMOTTE est une occasion parfaite de partager notre préparation avec quelques invités avant la Route du Rhum avec nos partenaires. Elle s’intègre globalement mais aussi idéalement dans nos plannings d’entraînements et de navigations », note de son côté Axel Tréhin (Project Rescue Ocean) qui termine, comme une large majorité de ses adversaires, un chantier estival minutieux. Parfois éprouvant. « A deux mois et demi d’une échéance que je qualifie de dingue, j’ai l’impression d’enfin distinguer la surface après un bon gros record d’apnée, et je peux vous assurer que mon envie de profiter de cette deuxième partie de saison est immense »assure l’ancien Ministe qui a essentiellement cherché à optimiser sa monture ces dernières semaines. « L’idée n’était pas de tout révolutionner sur le bateau. Ce qui a été fait est avant tout de la fiabilisation. La course qui arrive va nous permettre de vérifier les différents systèmes, de nous assurer de n’avoir rien oublié mais aussi de nous comparer à la concurrence. En ce sens, c’est toujours plus rigolo quand il y a une ligne de départ puis une ligne d’arrivée », souligne le Nazairien, animé, lui aussi par l’envie de repousser ses limites et de performer, mais également de partager et de transmettre. « Accueillir les partenaires à bord pour une visite ou une navigation est une immense fierté », commente Axel qui se réjouit de son escale Malouine, parfait combo en la matière. 

Idéal pour se remettre dans le bain
Même enthousiasme du côté de Corentin Douguet, le skipper de Quéguiner - Innoveo, qui a signé trois podiums sur les trois courses auxquelles il a pris part cette année à bord de son nouveau Lift V2. « Pour moi, la pause estivale s’est avérée nécessaire après un début d’année sur les chapeaux de roues à la suite de la mise à l’eau du bateau. J’ai pu faire une bonne coupure et je suis maintenant impatient de m’aligner sur cette 40’ Malouine LAMOTTE. Elle va permettre de retrouver ses marques, de valider les nouvelles voiles mais aussi de prendre quelques repères sur le plan d’eau avant le Rhum. Rien que de bonnes idées ! », avance le Nantais qui se verrait bien inscrire l’épreuve à son palmarès, même s’il sait que la concurrence s’annonce rude. 

De la technicité au menu
Et pour cause, au-delà de gros bras comme Luke Berry et Axel Tréhin, précédemment cités, le vainqueur de la 1000 Milles des Sables va faire face à des pointures telles qu’Antoine Carpentier (Redman), le tenant du titre avec Pablo Santurde del Arco, Mikaël Mergui (Centrakor), 2e et 1er cette année de la Au large Saint-Tropez puis de la Duo Max, Matthieu Perraut (Inter Invest), 3e de la CIC Normandy Channel Race et 2e du Mondial Class40, Cédric Château (Sogestran - Seafrigo), 3e de la dernière Transat Jacques Vabre avec Jérémie Mion, ou encore Martin Le Pape (Fondation Stargardt), ancien Figariste émérite, pour ne citer qu’eux. « L’épreuve va donner des précieuses indications sur le niveau de préparation et forme de chacun. L’idée, c’est évidemment de réussir à jouer devant. Reste que si le résultat est toujours important, le contenu l’est peut-être plus car on sait que dans des coins comme ceux-là, avec de forts courants, et d’importants effets de site, les éléments peuvent parfois décider à notre place de ce qui se passe sur l’eau », termine Corentin Douguet, qui préfère rester prudent, bien conscient que les 180 milles du parcours imaginé par Franck-Yves Escoffier entre les îles Anglo-Normandes seront autant de pièges à déjouer et que les locaux de l’étape, Luke Berry, mais aussi Florian Gueguen (Dopamine Sailing Team), Jules Bonnier (Nestenn - Entrepreneurs pour la planète), Baptiste Hulin (Rennes Saint-Malo Mer Entreprendre) et Hervé Thomas (Bleu Blanc), auront certainement des coups bien à eux à jouer !

Source :  SNBSM

Afficher toute la rubrique


©2013-2022 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes intéractives
Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | RSS