Class40
Tours du Monde
Sélection RDR 2022
  • 1
    Quéguiner - Innoveo (#176)
    Quéguiner - Innoveo (#176)
    C. Douguet
  • 2
    Groupe SNEF (#178)
    Groupe SNEF (#178)
    X. Macaire
  • 3
    Redman (#161)
    Redman (#161)
    A. Carpentier
Prochaines courses

Brèves

Corentin Douguet (Queguiner-Innoveo), troisième de la Route du Rhum

© Alexis Courcoux / #RDR2022
© Alexis Courcoux / #RDR2022

Ce mercredi 23 novembre, à 18 h 39 12’ locale (23h39 12’ heure de Paris), Corentin Douguet sur Queguiner-Innoveo a franchi en troisième position la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre de la douzième édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Son temps de course est de 14 jours 9 heures 24 minutes 12 secondes. Le skipper de Queguiner-Innoveo a effectué les 3 542 milles du parcours entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre à la vitesse de 10.25 nœuds sur l’orthodromie (route directe). Il a en réalité parcouru 4 031.19 milles à la vitesse moyenne de 11.67 nœuds. Il est arrivé à Pointe-à-Pitre 6 heures 15minutes 32 secondes après le vainqueur en Class40, Yoann Richomme.

Tout avait pourtant si bien commencé. Dès la première nuit, à moins de cinq milles des côtes de Perros-Guirec, Corentin Douguet a pris les commandes de la course. Le skipper de Queguiner-Innoveo était au rendez-vous après une saison plus que prolifique : vainqueur des 1000 milles des Sables en avril, 2e de la Normandy Channel Race (en duo avec Yoann Richomme) en mai, et 2e de la Dhream Cup en juillet.

Son départ à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe est l’illustration d’un scénario déployé à la lettre. Dans le golfe de Gascogne, son écart avec ses rivaux reste minime, qu’il s'agisse de Ian Lipinski (Crédit Mutuel), Luke Berry (Lamotte – Module Création) ou encore Xavier Macaire (Groupe SNEF). Et puis, dimanche 13 novembre, c’est Yoann Richomme (Paprec Arkéa) qui revient à sa hauteur et lui passe devant.

« Cette histoire de moteur a pourri ma course »

Eux qui se sont tant entraînés ensemble se bagarrent et ne se lâchent plus jusqu’aux Açores. Sauf que c’est la technique qui lui joue des siennes. En cause : ce satané moteur. « Un problème d’énergie qui lui coûte tant d’énergie, » assure Yoann, son concurrent mais néanmoins partenaire d’entraînement. Un temps, Corentin pense même à faire escale aux Açores. « J’ai dû démonter tout le moteur et transvaser le gasoil dans un petit bidon, posé juste à côté de là où je vis » explique Corentin, dépité, une poignée de jour plus tard. Ce matin avant l’arrivée, il révélait avoir été pénalisé de 45 minutes pour avoir dé-plombé son moteur. « Cette histoire de moteur a pourri ma Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Elle a un goût de gasoil, pas de Rhum. »

Il parle de la fin de sa course comme « d’un match contre l’Italie ». Après avoir lutté contre son moteur Lombardini, la menace vient en effet d’Ambrogio Beccaria (Allagrande Pirelli), impressionnant vainqueur de la Mini-Transat 2019 et sacré régatier. Jamais plus de 10 milles les séparent dans les alizés. Le tour de la Guadeloupe fait descendre l’écart à seulement 2 milles et la course pour le podium est épique comme jamais dans les dévents de l’île papillon. Corentin Douguet a donc franchi la ligne à la 3e place et sa capacité à ne rien lâcher malgré les circonstances est une victoire en soi, si frustrante soit-elle.

Source :  OC Sport Pen Duick

Afficher toute la rubrique


©2013-2023 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes intéractives
Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | RSS