Class40
Sélection Class40
  • 1
    Vogue avec un Crohn (FRA 195)
    Vogue avec un Crohn (FRA 195)
    PL. Attwell
  • 2
    Amarris (FRA 182)
    Amarris (FRA 182)
    A. Nebout
  • 3
    legallais
    legallais
    F. Delahaye
Prochaines courses

Actualités

TJVNLH, J+12 : Rififi au Cape Verde !

j12.jpg

En plongeant très tôt plein Sud, « layline » comme disent les régatiers, soit en approche directe et sur un bord de la marque de passage préfigurée par l’île de Sal, le groupe des 11 poursuivants immédiats des leaders depuis l’entrée en Atlantique vient de faire éclater les classements et la hiérarchie de la course. Seul le duo franco-espagnol Antoine Carpentier - Pablo Santurde del Arco (Redman) préserve ce matin son leadership, ayant, après moult réflexions et cogitations, opté pour un passage au plus près de la route directe et au coeur de l’archipel du Cap vert.

Si on se réjouit de voir et sans ordre de préférence les revenants Axel Tréhin et Frédéric Denis (Project Rescue Ocean), occuper la deuxième place après leur arrêt à Cascais le 12 novembre dernier, les filles de la Boulangère Bio Marie Riou et Amélie Grassi au pied du podium occupé par le joyeux duo Charles-Louis Mourruau et Andrea Fantini (Guidi), c’est bien vers le Sud de l’archipel que l’on observe les intrigantes prises de position et choix de route de nombre d’anciens leaders de la flotte. Ainsi le tandem Belgo-Français Jonas Gerckens - Benoit Hantzperg (Volvo) a-t’il délibérément choisi d’oublier pour l’heure le classement général au profit d’un investissement qui l’emmène ce matin à contourner les îles les plus australes de l’archipel, Maio et Santiago, plongeant loin de l’ortho à 90° de la route, en compagnie d’Edenred (Le Roch-Quiroga) et de La Manche#EvidenceNautique (Loison - Jossier) pointés ce matin en 18ème position. Les grands animateurs de l’épreuve depuis 12 jours disparaissent ainsi du haut des classements, Crédit Mutuel (Lipinski - Pulvé), Lamotte Module Création (Berry - Nebout)…. au profit de nouveaux venus aux ambitions retrouvées, Antoine - Kostelic (Croatia full of Life), Suzuki - Beaugé (Milai), Chateau-Mion (Seafrigo-Sogestran) ou Ducroz-Sineau (Crosscall). A 2 200 milles de la Martinique, l’échangeur du Cap Vert redistribue cartes et laissez-passer !

Ca cogite dur à bord des Class40 ! Rappelons ici que le routage depuis la terre est interdit en Class40. C’est avec les moyens informatiques embarqués et avec l’aide des fichiers Grib reçus par Internet que les navigateurs définissent leurs choix de route. Les routages informatiques qui tournent au gré des fichiers météos plongent les tandems dans des abîmes de réflexion, tant les choix de route proposés semblent parfois diverger du tout aux tout. Il va falloir patienter quelques jours pour comprendre qui des partisans de la traversée au milieu de l’archipel, des adeptes du grand contournement par le sud aura eu le nez creux. « Après si nos fichiers sont faux, on aura tout faux aussi... c'est la dure loi de la navigation au large ! » lâche, philosophe, Antoine Carpentier (Redman). Plusieurs facteurs semblent s’opposer dans ces deux philosophies de route. La force du vent est très inégale sur l’archipel où l’alizé semble petit à petit reprendre ses droits. Les sommets créent d’importants cônes de dévent à l’Ouest de certaines îles, San Felipe et Mindelo. L’angle au vent pour l’heure orienté très Est, va aussi imposer aux « insulaires », d’envisager une série d’empannages peu favorables aux gains sur la route. En investissant au Sud, les partisans du choix de Volvo rallongent certes la route, mais trouveront une fois orientés vers la marque, un angle favorable à la vitesse. Compromis, choix cornéliens, appel du pied à la chance… autant de composantes qui font le charme de la course au large, et qui pimentent de singulière manière la Jacques Vabre des Class40…

Abandons : Après celui hier du duo Kito De Pavant - Gwen Gbick HBF-Reforest'Action, c'est malheureusement le tandem Tanguy Duchatelet - Fabrice Renouard (Lenzi-Lanternes de Paris) qui jette l'éponge à La Palma aux Canaries, victimes d'avaries de spis et de bout dehors.

Ils ont dit :

Anna Beagé - Milai
"Drôle de journée, à glisser, à osciller sur une piste pas droite. Il a fallu d'abord descendre en escaliers et trouver le moment où la piste  aurait la bonne inclinaison jusqu'a l'approche de Sal. On a été un peu timides et un peu pressés, resultat Milai a une piste moins pentue que ses copains de l'ouest, mais cela aurait pu être pire. Le vent reste faible et capricieux, aussi nous sommes principalement scotchés a l'écoute du spi, mais encore une fois, vu le mic mac  sans vent annoncé, cela aurait peu être pire ! 
Cette nuit, les siestes auront lieu a l'avant, matosse avec les sacs. Capot ouvert a regarder le spi eclaire par la grosse pleine lune, encore une fois ... il y a pire."

Simon Kervarrec - Leclerc Samsic
"Ca y est, on a passé les Canaries ! Bientôt, c'est clignotant à droite, direction l'arrivée ! Mais reste encore un peu de route ! Faut vite que ça finisse quand même, parce que j'ai plus qu'un paquet de Tagada, deux de chouchous et un seul caprisun, snif... Je crois que je vais être court..."

Antoine Carpentier - Redman
"Encore une journée passée sous la grisaille. Du coup, les panneaux n'ont quasi pas chargé... Surtout que les routages ne sont pas des plus rassurants avec des ETA proches de début décembre, caramba ça va être long ! Le passage dans les îles du Cap Vert se fera après une très très longue hésitation dans les îles et non au Sud de toutes les îles comme les routages d'hier matin nous l'indiquaient. En effet, on a modifié nos plans, la flotte du Nord devrait passer à Sal à peine trois heures après nous, ils ont le vent en poupe. Sinon, côté paysage, on a vu des dauphins, plus gros que ceux de chez nous ! Les  poissons volant pullulent, j' espère qu'on va en attraper cette nuit, ça fera un repas ! On vient de croiser devant Volvo qui lui partait pour le Sud ... on verra d'ici deux trois jours qui a eu raison ! Encore des moments de stress à chaque pointage. "

Jules Bonnier - Avanade
"Todo bien à bord d'Avanade. De la à dire qu'on va de plus en plus vite, c'est beaucoup dire mais on va de moins en moins doucement, de moins en moins dans la mauvaise direction...C'est plutôt pas si mal. On donc loin d'être malheureux. Le pilote ne continue pas de ne pas marcher. C'est toujours aussi peu désagréable de ne pas naviguer en ciré. Les poissons volants sont de moins en moins pas nombreux. Bref on ne voit pas du tout la vie du mauvais côté en ce moment. Bientôt les îles du cap pas bleu."

Julia Virat - UP SAILING Unis pour la planète
"Le vent est monté crescendo jusqu'à s'établir à 25 noeuds constants avec des rafales à 30. On est en mode guerrières !
D'autant plus que nous avons nos amis du bateau Freedom juste à côté de nous à 2 milles nautiques, on se voit et on papote à la radio. Alors on ne lâche rien, on barre on barre on barre et on avance coude à coude. C'est grisant. Je viens de barrer un surf à 20 noeuds, faut imaginer le sourire que ça me colle jusqu'aux oreilles, c'est génial ! De la pure glisse comme je l'aime ! La vie à bord est un peu sportive à cette vitesse, ça siffle, ça cogne, ça grince, ça tape, ça accélère et ça ralentit, bref : ça secoue. Mais l'ambiance est bonne et on est bien occupées."

Cedric Chateau - Seafrigo Sogestran
"Nous sommes en approche du Cap Vert et d'ici deux heures, il faudra choisir quelle sortie nous prendrons... Soit, comme la plupart du groupe leader, nous prenons la rocade extérieure, soit à l'instar de Redman, LE leader, on choisit de passer par le centre-île. Ahh si Waze pouvait marcher, on pourrait mettre en pause nos deux neurones ! Mais pour l'instant, ceux ci sont concentrés à faire avancer la Seafrigo-Sogestran dans des conditions très changeantes qui ne nous auront pas permis de bien bien nous reposer cette nuit. Mais à la guerre comme à la guerre, tout le monde est logé à la enseigne. Après notre virage à droite, ce sera donc le denier chuss vers la Martinique, terminus de la ligne."

Calliste Antoine - Croatia Full of Life
"Horreur on a fini le pain... c'est assez ironique quand "la Boulangère" est jute devant nous. Journée calme, le pilote fait le taff, la réparation du second grand spi est quasi finie, tant que l'autre tient le coup. Les sutures au grey tape donne un petit  aspect  Frankenstein très sympathique ! Demain passage du Cap Vert on a 4cl de Kalva Karver (merci Alois) et un cadeau (du chocolat vu la forme) pour l'occasion."

Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious partager sur Digg partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!

Afficher toute la rubrique


©2013-2024 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes intéractives
Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | RSS